Accueil Local 28/August/2021 01:46 PM

34 ans depuis l'absence de Naji Al-Ali, la plume de la résistance palestinienne

34 ans depuis l'absence de Naji Al-Ali, la plume de la résistance palestinienne
Le célèbre caricaturiste palestinien, Naji al-Ali

Ramallah, le 28 août 2021, WAFA-

Yamen Nubani

Demain dimanche 29 août marquera la 34e commémoration de la mort de Naji Al-Ali, après avoir été tué par des balles perfides le 22 juillet 1987 à Londres, alors qu’il se rendait à son travail au quotidien koweïtien «Al-Qabas». Il succombera à ses blessures cinq semaines plus tard, le 29 août 1987. Il avait  alors 50 ans et son meurtrier n’a jamais été retrouvé. 

34 ans se sont écoulés depuis le martyre du caricaturiste palestinien Naji Al-Ali, la plume de la Palestine combattante, défendant farouchement le droit des Palestiniens partout dans le monde, la plume qui a peint le déplacement, l'exil, la révolution, le travail de résistance, ennemis et opportunistes, la plume qui n'a jamais connu de chemin vers la Palestine, sauf le chemin de la lutte, de la confrontation.

Naji Salim Hussein Al-Ali est né en 1938 dans le village d'Al-Shajara, situé entre Nazareth et Tibériade dans le nord de la Galilée en Palestine. En raison du terrorisme des gangs sionistes, il a été contraint de fuir avec sa famille en 1948 pour le camp d'Ain Al-Hilweh, au sud de Sidon au Liban.

Handala, l’icône de la résistance palestinienne

C’est là que naît sous sa plume Handala, en 1969. Un petit garçon qui refuse de grandir que l’on voit de dos, il n’acceptera de se retourner que lorsque son peuple aura un Etat. A travers ce personnage, qui le suivra toute sa vie durant, le caricaturiste exprimera ses opinions, ses déceptions, ses espoirs. Il racontera l’histoire de son pays, qu’il a vécue en plein cœur.

Son œuvre la plus célèbre, est aussi devenue une signature pour bon nombre de ses dessins, la caricature d’un enfant réfugié palestinien. Naji al-Ali avait expliqué que ce petit garçon le représentait, lui, lorsqu’il avait dû quitter son pays d’origine et qu’il ne le ferait grandir que lorsqu’il pourrait y retourner. Avec le temps Handala est devenu un symbole de la cause palestinienne et il a aussi été adopté dans d’autres pays.

Sa carrière dans le journalisme

En 1963, Naji Al-Ali a voyagé pour travailler pour le magazine koweïtien Al-Tali'a au Koweït, et a commencé à publier ses caricatures sur ses pages. 

En 1968, le Koweït a été témoin d'une vague d'événements politiques chauds menés par des mouvements d'opposition, au cours desquels le gouvernement a expulsé de nombreux Arabes travaillant dans des journaux et des magazines koweïtiens. Cependant, Naji Al-Ali a quitté le Koweït volontairement.

Après le retour de Naji au Koweït, il a vécu dans le quartier de Farwaniya, qui est l'un des quartiers pauvres, et à ce stade ses perceptions politiques ont mûri au point où il est devenu un orateur solide dans la défense de la cause palestinienne, il était un grand partisan du président Gamal Abdel Nasser et de la révolution palestinienne, et les relations de Naji  se sont raprochés avec le poète palestinien Mourid Barghouti, de la journaliste Hanna Moqbel et du romancier Rashad Abu Shawar. Ses dessins se sont transformés en un soutien explicite au président Gamal Abdel Nasser, mobilisant la nation arabe pour supprimer les effets de la défaite des armées arabes dans la guerre des six jours de 1967.

Après que le gouvernement koweïtien a cessé de publier le magazine Al-Tali'a, Naji Al-Ali a travaillé dans le journal koweïtien Al-Seyassah jusqu'en 1974, date à laquelle il est retourné au Liban pour travailler dans le journal Al-Safir, puis est retourné travailler à nouveau dans le journal koweïtien. Al-Seyassah jusqu'en 1978, puis est retourné au Liban pour travailler à nouveau dans le journal Ambassador jusqu'en 1983, après quoi il a travaillé pour  Al-Qabas International à Londres

Il a produit plus de 40 000 œuvres d'art, autres que celles qui ont été empêchées par la censure et sont restées enfermées sur des étagères, et a donné trois livres en 1967, 1983 et 1985, et ses œuvres ont été exposées à Beyrouth, Damas, Amman, Palestine, Koweït. , Washington et Londres, et "Handala" le personnage le plus célèbre de ses caricatures.

L'assassinat de Naji al-Ali

A 05h13 GMT, le mercredi 22 juillet 1987, Al-Ali avait garé sa voiture sur le trottoir droit de la rue Yves Street dans le sud-ouest de Londres, où est basé le journal Al-Qabas International. Naji ne savait pas qu'un tueur le traquait, ignorant les centaines de menaces qui le menaçaient de punition pour ses dessins, sa vie était en danger parce que le Mossad israélien avait fait de lui une cible. Naji Al-Ali n'a pris aucune précaution pour lui-même, selon le dicton, « La prudence n'empêche pas le destin », il a donc été une proie et une cible faciles.

Dès que Naji Al-Ali s'est approché du magasin "Peter Jones",  le tueur, qui portait une veste en jean et que des témoins ont décrit comme ayant des cheveux noirs épais et ébouriffés, s'est approché de lui, il a sorti son pistolet et a tiré sur la tête de Naji al-Ali, puis s'est enfui.

Naji a été transféré au « St. Stephen's Hospital », et mis sous respirateur, puis il a été transféré au « Charing Cross Hospital » et admis au service de neurochirurgie, puis il a de nouveau été renvoyé à l'hôpital Saint Stephen's.

Al-Ali a continué à lutter contre la mort jusqu'au samedi 29 août 1987, il est décédé à deux heures du matin. Il a été enterré dans le cimetière islamique "Brookwood" à Londres, sa tombe porte le No 230191.

F.N

Nouvelles connexes