Accueil international 18/September/2021 09:20 AM

L'Université de New York révèle des "algorithmes" israéliens pour bloquer le contenu palestinien sur les réseaux sociaux

L'Université de New York révèle des "algorithmes" israéliens pour bloquer le contenu palestinien sur les réseaux sociaux

Washington, le18 septembre 2021, WAFA- Une recherche scientifique publiée par l'Université de New York a révélé certains détails d'une campagne lancée par Israël contre le contenu palestinien sur les réseaux sociaux via des « algorithmes » électroniques qui surveillent et rapportent le contenu palestinien, comme « contenu qui viole et devrait être supprimé ».

Une recherche récente, "Fueling the Fire: How Social Media Intensifies Political Polarization, (Alimenter le feu : comment les médias sociaux intensifient la polarisation politique aux États-Unis), a accusé Facebook de contribuer à la propagation d'idées extrémistes et à un climat politique de division.

La recherche, qui a été préparée par Paul Barrett, Justin Hendricks et Grant Sims de l'Université de New York, a souligné "la désinformation sous la forme de vidéos, d'images et de textes qui ont été partagés sur divers réseaux sociaux pour alimenter l'extrémisme parmi les destinataires".

Parmi eux se trouve un message largement partagé par de nombreux groupes israéliens WhatsApp qui dit : « Les Palestiniens arrivent  et que les parents devraient  protéger leurs enfants  contre les Palestiniens qui s'approchent. »

La recherche a révélé que "Facebook" et "Twitter" ont interdit, supprimé et restreint à tort des millions de messages pro-palestiniens, en raison de systèmes de modération automatisés et d'"algorithmes" de suppression des contenus spéciaux.

La recherche a indiqué que « Facebook » a établi un « centre d'opérations spéciales » en Israël, avec des employés parlant couramment l'arabe pour surveiller le contenu palestinien, et que la plupart des messages pro-palestiniens ont été supprimés par « Facebook » et « Twitter », parce qu'ils inclus des mots tels que « martyr » et « impédance », qui déclenche les « algorithmes ».

La recherche a estimé que ces « algorithmes » ont fait subir aux Palestiniens un degré injustifié de censure sur les plateformes de médias sociaux.

Elle a révélé aussi qu'il existe des unités électroniques professionnelles en Israël qui surveillent et rapportent de grandes quantités de contenus palestiniens, ce qui provoque un déséquilibre parce que les Palestiniens n'ont pas ces méthodes sur leurs réseaux sociaux.

F.N

Nouvelles connexes