Accueil Rapports et Enquêtes 15/April/2020 01:29 PM

Les démolitions israéliennes de biens palestiniens sapent les efforts visant à arrêter le coronavirus

Amman, le 15 avril 2020, WAFA- Le récent ciblage israélien de maisons et même d‘installations d‘eau, d‘assainissement et d‘hygiène en Cisjordanie occupée, sape les efforts visant à lutter contre la propagation de l’épidémie  de coronavirus, a révélé le Conseil norvégien des réfugiés.

Dans un rapport publié aujourd’hui, le Conseil a indiqué que les démolitions continues et les menaces de transfert forcé, alors que les plans du prochain gouvernement israélien tendant à annexer unilatéralement de grandes parties de la Cisjordanie, mettent en danger la santé et la sécurité de milliers de Palestiniens.

Il a ajouté que la saisie des terres non seulement priverait les Palestiniens de leurs droits et affaiblirait leurs espoirs d‘autodétermination véritable, mais romprait également la coordination entre les autorités israéliennes et palestiniennes nécessaire pour combattre la propagation de Covid-19 entre les deux peuples.

Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, a dit qu’Israël est légalement obligé de protéger la vie et la santé des Palestiniens sous occupation, disant : «  Nous exhortons les autorités d’occupation d’arrêter les démolitions et la saisie illegale des biens en Cisjordanie occupée, y compris les aides humanitaires parce que ce n‘est pas le moment de saper les efforts mondiaux pour empêcher la propagation du coronavirus.

Dans ce contexte, Egeland a dit que la communauté internationale doit agir pour garantir qu‘Israël respecte le droit international et se joint à l‘appel mondial pour mettre fin aux conflits politiques afin de combattre l’épidémie, plutôt que d‘augmenter la vulnérabilité des Palestiniens sous occupation.

Depuis qu‘Israël a confirmé son premier cas de Covid-19 le 21 février, les Nations Unies ont rapporté qu’Israël avait démoli 69 structures en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est. Cela a déplacé de force 63 personnes et en a affecté 417 autres. Les structures comprenaient 28 propriétés résidentielles et sept installations d‘eau, d‘assainissement et d‘hygiène. Il convient de mentionner le tiers des structures détruites ou saisies ont été fournis par des États donateurs à titre d‘aide humanitaire.

Bien que les autorités de l’occupation aient confirmé le 7 avril qu’elles ne détruiront pas de propriétés résidentielles habitées en Cisjordanie pour atténuer la propagation du coronavirus, elles n‘ont pas étendu le gel à d‘autres structures, y compris des infrastructures telles que des installations essentielles d’infrastructure pour prévenir l‘infection, selon le communiqué de presse de Conseil norvégien pour les réfugiés.

Les restrictions imposées par les autorités israéliennes et palestiniennes pour contenir le virus mortel de Covid-19 ont isolé les communautés vulnérables des marchés locaux et paralysé leur capacité de gagner leur vie. Contrairement au plan de relance adopté pour soutenir l‘économie et la population israéliennes sous la pression des mesures de santé publique, Israël a détruit 28 structures agricoles et de subsistance palestiniennes dans la zone C, exacerbant la capacité des familles affectées à subvenir à leurs propres besoins et à ceux de leurs communautés.

Israël n‘a en outre pas réussi à empêcher la violence des colons contre les Palestiniens et leurs biens, les rapports de l‘ONU avaient indiqué une recrudescence des attaques depuis le début de Covid-19.

Le droit international humanitaire exige qu‘Israël, en tant que puissance occupante, protège la population du territoire qu‘il occupe et assure le bien-être et le bien-être des Palestiniens, ainsi que le respect de leurs droits humanitaires. Israël a l‘obligation légale d‘assurer et de maintenir des installations, des services et des fournitures de santé dans le territoire palestinien occupé, a souligné le Conseil. S‘il n‘est pas en mesure de répondre adéquatement aux besoins de la population occupée, Israël doit permettre et faciliter les secours humanitaires rapides et sans entrave.

La destruction de biens, y compris les envois de secours humanitaires, par la puissance occupante est interdite, sauf pour des raisons de nécessité militaire impérieuse, et équivaut à une violation grave de la quatrième Convention de Genève.

Les démolitions combinées à d‘autres facteurs, tels que le déni des infrastructures de services de base, y compris l‘eau, l‘assainissement et les installations de soins de santé communautaires, aggravent l‘environnement coercitif dans lequel vivent les Palestiniens de Cisjordanie, génèrent un risque de transfert forcé et contribuent à la propagation de Covid-19, selon le groupe norvégien.

H.A

 

 

Nouvelles connexes