Accueil Rapports et Enquêtes 31/October/2019 06:55 PM

Amnesty International: Détérioration alarmante de l‘état de santé du prisonnier Al-Arabeed

Londres, le 31 octobre 2019, WAFA- Amnesty International a confirmé que le prisonnier Samer al-Arabeed, avait été torturé par les officiers de l‘occupation israélienne lors de son interrogatoire, sous le couvert de la loi qui démontre clairement la complicité des autorités israéliennes, y compris le système judiciaire, dans les violations systématiques du droit fondamental à la protection contre la torture.

 Selon les médias israéliens et l‘avocat de Samer, les services judiciaires du ‘Shin Bet’ avaient obtenu l‘autorisation spéciale "d‘utiliser des méthodes d‘interrogatoire « exceptionnelles » dans son cas.

Le 25 septembre, une unité spéciale des forces israéliennes avait arrêté Samer al-Arabeed, où il a été conduit aux services de sécurité du Shin Bet à Jérusalem.

Le 28 septembre, il a été transféré dans un hôpital de Jérusalem occupée après avoir été soumis à de brutales tortures physiques. Il a perdu la conscience pendant plusieurs jours, avant d‘être renvoyé pour un nouvel interrogatoire, malgré son état de santé critique.

Saleh Hijazi, directeur adjoint du programme du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord d’Amnesty International, a déclaré : « C’est une atrocité scandaleuse que les autorités israéliennes, le Shin Bet, le pouvoir exécutif et  la Cour suprême continuent d’autoriser ce genre de torture sous le couvert de la loi».

En vertu des traités internationaux, qui sont juridiquement contraignants pour Israël, il n‘est pas permis de justifier la torture en aucune circonstance.

Samer Al-Arabeed a été hospitalisé pour une fracture des côtes et une insuffisance rénale. Il est maintenant dans un état critique et est toujours sous les appareils respiratoires.

Hijazi a déclaré: "Le ciblage et l‘assassinat de civils sont un crime de guerre.

Il a souligné que les autorités israéliennes doivent mettre un terme au recours systématique à la torture et de faire en sorte que les responsables de la torture de Samer al-Arabeed, y compris ceux qui ont ordonné qu‘il soit torturé, soient tenus pour responsables.

F.N

 

Nouvelles connexes