Accueil Rapports et Enquêtes 11/September/2020 02:22 PM

Plus de 300 maisons palestiniennes détruites par l’occupation pendant le COVID-19

Plus de 300 maisons palestiniennes détruites par l’occupation  pendant le COVID-19
Photo d'archive: Les bulldozers d'occupation ont démoli deux maisons au nord d'Hébron

Jérusalem, le 11 septembre 2020, WAFA - Le Coordonnateur humanitaire et coordonnateur résident des Nations Unies, Jamie McGoldrick, a déclaré hier que la période de mars à août 2020 avait vu la démolition ou la saisie de 389 structures appartenant à des Palestiniens en Cisjordanie, en moyenne, 65 par mois, le taux de destruction  le plus élevé en quatre ans.

Il a déclaré dans un communiqué que pendant la pandémie de COVID-19, les autorités israéliennes ont indiqué qu'elles restreindraient leur politique de longue date de démolition des maisons palestiniennes habitées. Malheureusement, les démolitions au cours de la période mars-août 2020 ont laissé 442 Palestiniens sans abri, exposant encore plus un grand nombre aux risques associés à la pandémie. Rien qu'en août, 205 personnes ont été déplacées, plus qu'au cours de tout autre mois depuis janvier 2017", a-t-il déclaré.

Au-delà des habitations, les biens ciblés comprenaient des équipements d'eau, d'hygiène ou d'assainissement, et des structures utilisées pour l'agriculture, entre autres, compromettant l'accès de nombreuses personnes aux moyens de subsistance et aux services. De plus, 50 des structures avaient été données aux Palestiniens à titre d'aide humanitaire, et leur destruction a frappé les plus vulnérables de tous et sapé les opérations d'urgence », a ajouté McGoldrick.

Il a poursuivi que le recours accru par les autorités israéliennes à une procédure accélérée (ordonnance 1797) pour le retrait des structures dès 96 heures après la remise d'un avis est particulièrement préoccupant, empêchant en grande partie les propriétaires d'être entendus devant un organe judiciaire.

Il a indiqué : « Lorsque les autorités israéliennes démolissent ou obligent des gens à démolir des maisons et des sources de revenus, elles invoquent généralement l'absence de permis de construire délivrés par Israël, ce qui est presque impossible pour les Palestiniens en raison de la planification restrictive et discriminatoire, et ne leur laisse aucun lieu de construction autorisée ».

« De plus, la démolition de structures essentielles pendant la période de la pandémie COVID-19 est particulièrement préoccupante car elle aggrave encore la situation générale en Cisjordanie. »

McGoldrick a conclu: « La pandémie mondiale a accru les besoins et les vulnérabilités des Palestiniens, qui sont déjà pris au piège de l'anomalie d'une occupation militaire prolongée. Les démolitions illégales exacerbent ces vulnérabilités et doivent cesser immédiatement ».

H.A

Nouvelles connexes