Accueil Occupation 04/octobre/2020 02:47

Israël envisage d’approuver la construction de 5400 unités coloniales en Cisjordanie occupée

Israël envisage d’approuver la construction de 5400 unités coloniales en Cisjordanie occupée

Jérusalem, le 4 octobre 2020, WAFA- Le journal israélien ‘Haaretz’ a révélé aujourd’hui que les autorités d’occupation israéliennes envisagent d’approuver la construction de 5400 unités coloniales en Cisjordanie occupée.

Haaretz a clarifié qu’il y aura des sessions officielles qui se tiendront le 12 de ce mois-ci, à la demande de Benjamin Netanyahu, pour approuver une série de plans de construction dans les colonies israéliennes et les faire passer au stade de la mise en œuvre.

Une source proche de Netanyahu a récemment annoncé que le retard de l'annonce de l'approbation de ces colonies était lié à l'évolution des contacts avec les pays du Golfe, mais maintenant il n'y a plus de raison de retarder l'approbation de ces plans.

Il convient de noter que des plans ont été approuvés lors d'une réunion tenue il y a deux semaines pour mettre en œuvre des modifications dans les environs de la mosquée Ibrahimi à Hébron, afin de permettre aux colons et aux juifs ayant des besoins spéciaux d'atteindre la mosquée et d'y effectuer des prières, en raison de la division temporelle et spatiale imposée par l'occupation de la mosquée Ibrahimi depuis 1994 après le massacre de la mosquée Al-Ibrahimi perpétré par le terroriste juif Baruch Goldstein.

Commentant sur la construction de nouvelles unités coloniales, le membre du comité exécutif de l’OLP, Ahmed Majdlani a dit que l’approbation de ces unités coloniales est en concurrence avec le temps pour imposer une politique de facto dans les territoires palestiniens, dans le cadre de la mise en œuvre du plan du « Grand Jérusalem » pour avaler de grandes parties de la Cisjordanie.

Majdlani a ajouté, dans une interview à la radio Voix de Palestine, que l'occupation israélienne cherche à élargir le cercle géographique de la ville de Jérusalem, pour inclure les zones (E1), jusqu'à la mer Morte, en considérant toute expansion de colonies dans ces zones dans le cadre de la politique d'annexion israélienne.

Il a souligné que le gouvernement d'occupation profite de la situation internationale, de la situation sanitaire mondiale et des différents conflits régionaux pour y faire passer la politique d'annexion et de colonisation, appelant la communauté internationale à passer de positions de condamnation à la prise de mesures et de sanctions contre Tel-Aviv, conformément aux résolutions des Nations Unies, du Conseil de sécurité et d'autres organisations internationales.

Le directeur du département des cartes de l'Association des études arabes, Khalil Tafkji a dit pour sa part que la décision de l'occupation de construire 5000 unités de colonies est un message clair, selon lequel, le gouvernement israélien veut dire qu’il n'y aura pas d'État palestinien.

À son tour, l'envoyé du secrétaire général de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nikolaï Mladenov, a souligné, lors de son exposé mensuel au Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation en Palestine occupée, que les opérations de colonisation et les démolitions de maisons n'avaient pas cessé.

Concernant la résolution n ° 2334 du Conseil de sécurité de (2016), Mladenov a appelé Israël à cesser immédiatement et complètement toutes les activités coloniales dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et à respecter pleinement toutes ses obligations juridiques à cet égard.

En réponse aux rapports des Nations Unies sur la situation dans les territoires palestiniens occupés, l'Allemagne, la Belgique, la France, l'Estonie et l'Irlande (les pays de l'Union européenne qui sont membres du Conseil de sécurité à ses sessions en cours et à venir) ont appelé Israël à respecter et à mettre en œuvre la résolution 2334 du Conseil de sécurité, exprimant leur vive préoccupation au sujet des activistes coloniales israéliennes, y compris les transferts forcés, les expulsions, les démolitions et la saisie d'habitations dans le territoire palestinien occupé, considérant ces activistes d’ illégales au regard du droit international et d’un obstacle à la paix et à une solution négociée à deux États.

H.A

Nouvelles connexes