Accueil Occupation 22/February/2021 12:33 PM

Les vedettes d’occupation attaquent un bateau de pêche palestinien au large de Gaza et obligent les pêcheurs à quitter la mer

Les vedettes d’occupation attaquent un bateau de pêche palestinien au large de Gaza et obligent les pêcheurs à quitter la mer

Gaza, le 21 février 2021, WAFA- Un bateau de la marine israélienne a tiré ce lundi deux obus sur un bateau de pêche palestinien alors qu'il naviguait à six milles marins de la côte de Gaza, selon le correspondant de WAFA.

Il a dit que les pêcheurs, qui n'avaient pas été blessés, sont rentrés à terre par peur d'être abattus.

Un grand nombre de Gazaouis dépendent de la pêche pour leur vie quotidienne à la lumière du blocus serré de 14 ans imposé par Israël à la bande de Gaza.

La mer de la bande de Gaza devrait s’étendre à 20 milles marins de la côte, conformément aux accords de paix d’Oslo signés par Israël et l’Organisation de libération de la Palestine, mais Israël a une forte présence navale limitant tout trafic entrant ou sortant de l’enclave.

Cela limite également la distance que les pêcheurs de Gaza peuvent parcourir pour pêcher, en l‘alternant entre six et neuf milles marins - nettement moins que la distance prévue dans les accords d‘Oslo.

Deux millions de Palestiniens vivent dans la bande de Gaza, qui est soumise à un blocus israélien punissant et paralysant depuis 12 ans et à des assauts répétés qui ont lourdement endommagé une grande partie de l‘infrastructure de l‘enclave.

Les 2 millions d‘habitants de Gaza restent sous occupation « à distance » et un siège strict, qui a détruit l‘économie locale, étranglé les moyens de subsistance des Palestiniens, les a plongés dans des taux de chômage et de pauvreté sans précédent, et coupé du reste des territoires palestiniens occupés et le monde plus large.

Gaza reste un territoire occupé, n‘ayant aucun contrôle sur ses frontières, ses eaux territoriales ou son espace aérien. Pendant ce temps, Israël assume très peu de ses responsabilités en tant que puissance occupante, ne répondant pas aux besoins fondamentaux des civils palestiniens vivant sur le territoire.

Deux Palestiniens sur trois à Gaza sont des réfugiés des terres à l‘intérieur de ce qui est maintenant Israël. Ce gouvernement leur interdit d‘exercer leur droit au retour tel que consacré par le droit international parce qu‘ils ne sont pas juifs.

H.A

Nouvelles connexes