Accueil Politique 17/June/2022 05:42 PM

Le parti politique polonais Razem reconnaît qu'Israël est un État d'apartheid et soutient le BDS

Le parti politique polonais Razem reconnaît qu'Israël est un État d'apartheid et soutient le BDS

Ramallah,  le 17 juin 2022, WAFA - Avant son congrès annuel de 2022, le parti politique polonais Razem reconnaît qu'Israël est un État d'apartheid et soutient le mouvement non violent de Boycott, Désinvestissements et Sanctions (BDS) dirigé par les Palestiniens pour les droits des Palestiniens.

Le Comité national palestinien du BDS (BNC) salue chaleureusement la solidarité de principe de Razem avec la lutte palestinienne pour la liberté, la justice et l'égalité. Sa position est particulièrement inspirante alors que nous assistons en Europe centrale et orientale à une répression croissante, à un racisme anti-palestinien accru et à des liens étroits entre les gouvernements et les partis d'extrême droite avec l'apartheid israélien et le régime colonial des colons.

Le BNC a indiqué que la reconnaissance par Razem du droit des réfugiés palestiniens à retourner dans leurs foyers et les appels à mettre fin au nettoyage ethnique des Palestiniens par Israël sont particulièrement louables.

Il a appelé tous les États à remplir leur devoir légal et moral de mettre fin à leur complicité dans l'apartheid israélien, comme ils l'ont finalement fait dans l'apartheid en Afrique du Sud. La première étape consiste à reconnaître l'apartheid.

Le Comité national palestinien du BDS a pris le texte intégral de la résolution du site Web du parti polonais Razem:

« Razem reconnaît le droit des Palestiniens à avoir une capitale à Jérusalem et s'oppose à l'occupation illégale par Israël de la partie orientale de la ville. Nous reconnaissons les droits des réfugiés palestiniens en vertu de la résolution 194 de l'ONU. Nous appelons la communauté internationale à tirer les conséquences d'Israël pour son non-respect du droit international et des résolutions de l'ONU.

Nous demandons à Israël de coopérer avec la Cour pénale internationale de La Haye et à l'Autorité palestinienne de maintenir cette coopération. Nous reconnaissons qu'Israël mène une politique sur son propre territoire et dans le territoire palestinien occupé qui favorise ou discrimine les citoyens selon des critères ethniques. Cette politique répond aux critères des crimes d'apartheid et de persécution en vertu de la Convention sur l'apartheid de 1973 et du Statut de Rome de 1998. Nous soutenons la campagne internationale Boycott, Désinvestissement, Sanctions menée par la société civile palestinienne.

Nous demandons:

- Arrêt immédiat des attaques contre les civils.

- La fin de l'occupation de la Cisjordanie par l'armée israélienne.

- La fin du blocus de Gaza par les troupes israéliennes et égyptiennes.

- Arrêt des activités de peuplement dans les territoires occupés.

- La reprise des pourparlers en partenariat entre les parties israélienne et palestinienne sur une solution commune aux points de discorde.

- Une forte réaction des organisations internationales aux événements de Gaza et des pressions sur Israël pour expliquer les événements.

- Pression de l'Union européenne, en tant que partenaire proche d'Israël, pour la mise en œuvre des points ci-dessus

- L'implication de tous les groupes palestiniens dans l'arrêt des attaques contre les civils. »

H.A

 

 

Nouvelles connexes

Lire la suite