Accueil international 19/August/2022 02:13 PM

Des députés et des institutions américaines condamnent la fermeture par Israël des OSC palestiniennes

Des députés et des institutions américaines condamnent la fermeture par Israël des OSC palestiniennes

Washington, le 18 août 2022, WAFA - Des membres du Congrès et des institutions palestiniennes, américaines et juives des droits de l'homme ont condamné la fermeture par Israël de sept ONG palestiniennes.

La représentante Betty McCallum, D-Minn., a écrit sur Twitter: « Une fois de plus, Tsahal a lancé une attaque effrayante contre Défense des Enfants International-Palestine, une organisation de défense des droits humains qui soutient les enfants palestiniens. L'administration Biden doit condamner ces efforts pour faire taire les groupes qui défendent les droits de l'homme et la société civile palestinienne. »

Pour sa part, le député André Carson a dit: « Je suis bouleversé par les dernières attaques de l'armée israélienne contre des groupes palestiniens de défense des droits de l'homme. Faire taire les défenseurs des droits humains est une tentative d'éviter de rendre des comptes. Je réitère mes appels et ceux de mes collègues pour que l'administration Biden condamne immédiatement cette répression. »

Le membre du Congrès américain Jesús "Chuy" García a tweeté : « Je condamne les attaques les plus récentes de l'armée israélienne contre les organisations palestiniennes de défense des droits de l'homme et de la société civile. Faire taire les défenseurs des droits humains est une tentative d'éviter de rendre des comptes, et les États-Unis devraient immédiatement condamner ces efforts violents pour saper leur travail. »

Le réseau des organisations palestino-américaines, qui comprend l'alliance de 31 institutions palestino-américaines, a estimé dans un communiqué aujourd'hui, vendredi, que le recours à cette mesure par les forces d'occupation israéliennes n'est rien d'autre qu'une tentative d'empêcher la documentation des attaques et des crimes israéliens quotidiens contre le peuple palestinien, appelant l'administration américaine à intervenir immédiatement auprès du gouvernement d'occupation pour rouvrir les organisations palestiniennes.

Le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR), la plus grande organisation de défense des droits civils musulmans du pays, a appelé aujourd'hui le président Biden à dénoncer les raids des forces israéliennes sur les bureaux de plusieurs groupes de défense des droits des Palestiniens.

Les responsables de ces groupes affirment que les actions d’Israël font partie d’une répression de plusieurs décennies contre l’activisme politique palestinien et contre les organisations qui documentent les violations des droits de l’homme par Israël.

Dans un communiqué, le directeur exécutif national du CAIR, Nihad Awad, a déclaré : « Nous demandons au président Biden de dénoncer cette nouvelle tentative d'étouffer l'activisme politique palestinien et de bloquer la documentation des pratiques d'apartheid et des violations des droits de l'homme en cours par Israël. L'idée de promouvoir les droits de l'homme « partout, sauf en Palestine » doit cesser. »

Human Rights Watch a exprimé sa solidarité avec les ONG palestiniennes qui ont été fermées.

Le Centre pour les droits constitutionnels à New York a publié une déclaration, commentant la fermeture par Israël de sept organisations palestiniennes :

« L'agression physique d'aujourd'hui par les forces d'occupation israéliennes contre les bureaux et les biens d'éminentes organisations de la société civile palestinienne doit être condamnée de toute urgence par l'administration Biden dans les termes les plus forts, avec des actions concrètes en réponse à la criminalisation des défenseurs des droits humains à suivre. Les autorités israéliennes ont qualifié ces six organisations de la société civile palestinienne de « terroristes » en octobre de l'année dernière. Depuis lors, les États et les donateurs qui ont examiné les preuves alléguées pour soutenir la désignation israélienne l'ont trouvée sans fondement et, avec les responsables de l'ONU, les barreaux et la société civile locale et mondiale, ont publié des déclarations affirmant leur soutien aux organisations palestiniennes. Le mois dernier, neuf États membres européens ont officiellement rejeté les désignations israéliennes et ont affirmé qu'ils continueraient à travailler avec les six groupes.

Face à ce rejet absolu par la communauté internationale, les autorités israéliennes ont de nouveau intensifié leurs attaques contre la société civile palestinienne et les défenseurs des droits de l'homme. N'ayant pas réussi à couper le soutien international avec des calomnies "terroristes" non fondées et n'ayant pas réussi à arrêter le travail critique des six organisations - documentant les violations des droits de l'homme par Israël dans le territoire palestinien occupé, représentant les enfants palestiniens détenus, soutenant les prisonniers politiques et plaidant pour les travailleurs ' et l'égalité des femmes – Israël, en tant que puissance occupante belligérante, a aujourd'hui cherché à bloquer physiquement leurs opérations.

Une telle escalade n'aurait pas été possible si l'administration Biden avait réprimandé avec force l'assaut d'Israël contre les droits de l'homme lorsqu'elle a désigné les groupes pour la première fois en octobre 2021, et dans l'intervalle, malgré les efforts répétés des six organisations et des défenseurs des droits de l'homme pour recours auprès de l'administration. En octobre 2021, 304 groupes de justice sociale, de défense des droits civils et des droits de l'homme basés aux États-Unis ont écrit une lettre au secrétaire d'État Antony Blinken exhortant les États-Unis à protéger les six organisations. Ils ont été accueillis par le silence. Le 18 juillet 2022, la représentante Ayanna Presley a lancé un appel du Congrès à l'administration dénonçant cette "mesure profondément répressive" contre les organisations palestiniennes "essentielles" et exigeant une action. Il est impératif que le président Biden et le département d'État américain agissent de manière décisive pour garantir les droits à la liberté d'expression et d'association et, plus que jamais, offrent un soutien explicite et concret au travail crucial de défense des droits de l'homme et de plaidoyer entrepris par les Palestiniens alors qu'ils résistent à l'occupation militaire brutale et au régime d'apartheid d'Israël. »

Pendant ce temps, l'organisation « Voix juive pour la paix » a confirmé les mesures israéliennes nécessitent une action pour les arrêter, notant que le gouvernement israélien travaille ouvertement et explicitement pour fermer les organisations qui documentent et exposent le régime violent de l'apartheid.

Dans le même contexte, l’Organisation « J Street » et le Nouveau fonds israélien ont considéré les mesures israéliennes comme une menace pour la démocratie, l'expression et les droits civils.

H.A

 

 

Nouvelles connexes