Accueil international 30/August/2022 09:46 PM

Bachelet déplore le refus d'Israël d'accorder des visas au personnel des droits de l'homme de l'ONU dans le territoire palestinien occupé

Bachelet déplore le refus d'Israël d'accorder des visas au personnel des droits de l'homme de l'ONU dans le territoire palestinien occupé

Genève, le  30 août 2022, WAFA– Le refus d'Israël de délivrer ou de renouveler des visas pour le personnel des droits de l'homme des Nations Unies dans le territoire palestinien occupé n'empêchera pas le Bureau de continuer à surveiller et à faire des rapport sur la situation des droits de l'homme sur le terrain, a déclaré aujourd'hui le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Michelle Bachelet.

"En 2020, les 15 membres du personnel international de mon bureau en Palestine - qui opère dans le pays depuis 26 ans - n'ont eu d'autre choix que de partir", a déclaré Bachelet. « Les demandes ultérieures de visas et de renouvellement de visas sont restées sans réponse pendant deux ans. Pendant ce temps, j'ai essayé de trouver une solution à cette situation, mais Israël continue de refuser de s'engager.

En tant qu'État membre, Israël doit coopérer de bonne foi avec l'ONU et accorder à ses fonctionnaires les privilèges et immunités nécessaires pour qu'ils puissent exercer leurs fonctions en toute indépendance. Cela comprend l'obligation d'exempter les fonctionnaires de l'ONU des restrictions à l'immigration et de traiter les demandes de visas des fonctionnaires de l'ONU aussi rapidement que possible.

"Le fait qu'Israël ne traite pas les demandes de visa nécessaires à l'accès de mon personnel est incompatible avec ces normes, et j'appelle le gouvernement à respecter ses obligations internationales à cet égard", a déclaré le chef des droits de l'homme des Nations Unies.

Bachelet a déclaré que l'interdiction du personnel international du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies s'est produite dans un contexte où les autorités israéliennes limitent de plus en plus les droits de l'homme "les yeux et les oreilles sur le terrain". Il y a un nombre croissant d'appels nominaux du personnel et des mécanismes de l'ONU, des organisations non gouvernementales et d'autres qui sont expulsés ou se voient refuser l'entrée.

« Le traitement par Israël de notre personnel fait partie d'une tendance plus large et inquiétante à bloquer l'accès des droits de l'homme au territoire palestinien occupé », a déclaré Bachelet.

"Cela soulève la question de savoir ce que les autorités israéliennes essaient exactement de cacher."

L'année dernière, les forces israéliennes ont tué 320 Palestiniens, soit dix fois plus qu'en 2020, et blessé 17 042 personnes, soit six fois le chiffre de 2020. L'ONU a enregistré le plus grand nombre d'incidents de violence des colons depuis le début de l'enregistrement en 2017, et les arrestations de Palestiniens ont doublé. Jusqu'à présent en 2022, les forces israéliennes ont tué au moins 111 autres Palestiniens.

Malgré l'interdiction de son personnel international, le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies en Palestine s'acquitte de son mandat en surveillant le respect par l'État de ses obligations internationales en matière de droits de l'homme et en fournissant une assistance technique en matière de droits de l'homme.

« Nous continuerons à remplir notre mandat. Et nous continuerons à exiger l'accès au territoire palestinien occupé pour notre personnel, conformément aux obligations d'Israël en tant qu'État membre de l'ONU.

H.A

Nouvelles connexes