Accueil Occupation 03/September/2022 02:36 PM

Israël impose de nouvelles restrictions à l’entrée des étrangers en Cisjordanie 

Israël impose de nouvelles restrictions à l’entrée des étrangers en Cisjordanie 

Ramallah, le 3 septembre 2022, WAFA- Lundi prochaine, les autorités de l’occupation imposeront de nouvelles restrictions aux étrangers qui veulent entrer et résider en Cisjordanie occupée. 

Ces restrictions, qui ont été publiés en février dernier, ciblent les étrangers qui veulent résider, travailler, étudier ou pratiquer une activité volontaire en Cisjordanie occupée par Israël depuis 1967, affectant un grand nombre d’étudiants. 

L'application de ces restrictions a été reporté deux fois, à cause de rejection de 19 plaignants manifestent devant la Cour suprême israélienne, y compris : l’Organisation des droits de l’Homme israélienne ‘HaMoked’ qui a qualifié ces restrictions comme ‘strictes’. 

Parmi ces restrictions qui seront mis en œuvre dans deux jours :  

Aucun étranger souhaitant entrer en Cisjordanie ne pourra obtenir un visa à son arrivée en Israël, et il devra le demander 45 jours à l'avance, en particulier s'il a une famille de premier degré en Cisjordanie ou s'il a des biens ou peut hériter des biens. 

Les étrangers ne pourront plus entrer à travers l'aéroport de Tel-Aviv, sauf dans des circonstances exceptionnelles, et devront entrer par le pont du roi Hussein entre la Jordanie et la Cisjordanie et le pont contrôlé par Israël. 

Les nouvelles mesures imposent une caution qui peut s’élever jusqu’à 70 000 shekels (environ 20 000 euros), donc la personne doit passer plusieurs mois en dehors de la Cisjordanie avant d’obtenir un second visa. 

Depuis la publication de ces nouvelles restrictions, les étrangers ont exprimé leur inquiétude de ces mesures. 

Selon l'organisation israélienne pour les droits de l'homme HaMoked, les nouvelles mesures ont imposé "des restrictions sévères à la prolongation des visas et, dans la plupart des cas, une personne doit quitter le pays et rester à l'étranger, parfois jusqu'à un an, avant de pouvoir demander un nouveau visa". 

L'Organisation israélienne a dénoncé ces mesures, mentionnant que les demandes d’obtenir un visa peut être refusé sans aucune justification claire. 

Le Commissaire européen à l'éducation de l’Union Européenne, Maria Gaborone en juillet dernier, a déclaré que les restrictions allaient à l'encontre des objectifs du programme ‘Erasmus’ (programme d'échange d'étudiants et d'enseignants entre les universités, les grandes écoles européennes et des établissements d'enseignement à travers le monde entier). 

"Alors qu'Israël bénéficie du programme Erasmus, Gaborone estime qu'il devrait faciliter au lieu d'entraver l'accès des étudiants aux universités palestiniennes", tandis que 1803 étudiants et professeurs sont entrés dans les universités européennes en 2020. 

N.S  

Nouvelles connexes