Accueil international 23/September/2022 04:03 PM

Wennesland : Il est urgent de créer un horizon politique vers une réalité à deux États.

Wennesland : Il est urgent de créer un horizon politique vers une réalité à deux États.

New York, le 23 septembre 2022, WAFA- Hier, lors d'une réunion du Comité de liaison ad hoc (AHLC), le groupe international de donateurs pour la Palestine, au siège de l'ONU à New York, Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland a dit : « Lors de la dernière réunion de l'AHLC, beaucoup ont exprimé leur point de vue selon lequel les mesures économiques seules ne sauraient remplacer un processus politique légitime qui résoudra les problèmes fondamentaux qui alimentent le conflit israélo-palestinien. Au contraire, les mesures économiques doivent être ancrées dans un cadre politique ».

« En tant que tel, le résumé du président de la dernière réunion a appelé les partenaires à « travailler avec les parties pour préparer un ensemble politique d'étapes progressives, durables et significatives avec des engagements pour leur mise en œuvre ».

« Dans notre rapport à cette session, nous avons présenté un tel ensemble. Chaque élément de l'ensemble est conçu pour relier des étapes immédiates et réalisables à l'objectif plus large de créer un horizon politique ».

Wennesland a élaboré brièvement sur les quatre recommandations clés de son rapport :

Premièrement, il faut s'attaquer aux moteurs du conflit. Cela exige des parties qu'elles réduisent considérablement les tensions et la violence dans tout le Territoire palestinien occupé (TPO), y compris la violence liée aux colons. L'activité militante dans la bande de Gaza et en Cisjordanie doit cesser. Les mesures unilatérales qui sapent la paix doivent également cesser, en particulier les avancées des colonies, y compris les avant-postes, les démolitions et les déplacements. J'exhorte toutes les parties concernées à régler les questions litigieuses liées à Jérusalem et à assurer le plein respect du statu quo.

Deuxièmement, des efforts pour renforcer les institutions palestiniennes et relever le défi de la gouvernance palestinienne sont nécessaires. Cela nécessite de renforcer la santé budgétaire de l'Autorité palestinienne (AP) conformément aux recommandations de la Banque mondiale et du FMI. Cela nécessite également de renforcer la légitimité politique et la responsabilité de l'AP par le biais de réformes démocratiques et de l'ouverture de l'espace civique, et d'organiser des élections libres et équitables dans l'ensemble des TPO, ainsi que de restaurer l'efficacité et la crédibilité des forces de sécurité palestiniennes.

Troisièmement, l'amélioration de l'accès, de la circulation et du commerce créerait un espace pour la croissance de l'économie palestinienne. Des mesures doivent être prises pour accroître l'accès des Palestiniens à la terre et aux ressources de la zone C en Cisjordanie. Cela devrait inclure une réduction supplémentaire des restrictions et des barrières, ainsi que d'autres obstacles structurels au commerce, tout en augmentant davantage les permis pour le développement palestinien. Le développement de l'activité économique dans la zone C pour les Palestiniens est essentiel si les réformes fiscales que nous recommandons doivent avoir un sens et créer une différence.

À Gaza, l'augmentation du nombre de permis de travail au plus haut niveau depuis 2007 est positive. Dans le même temps, une approche plus globale de l'assouplissement des restrictions à la circulation des personnes et des biens devrait être développée. Reconnecter les économies de la Cisjordanie et de la bande de Gaza devrait être un objectif connexe, avec des efforts nécessaires de la part de toutes les parties.

Quatrièmement, les parties devraient s'engager mutuellement à repenser leurs relations économiques et administratives. Des progrès dans ce domaine pourraient attirer des investissements indispensables et favoriser la croissance dans les deux économies. Compte tenu de l'expansion des permis pour les travailleurs palestiniens en Israël, l'accélération des réformes du régime des permis devrait être une priorité. La résolution de dossiers fiscaux de longue date est une priorité élevée. Le renforcement de la coopération entre les ministères des Finances et les autorités monétaires des parties revêtira une grande importance.

Il a dit que cet ambitieux programme de réformes doit bénéficier d'un soutien solide de la part des partenaires internationaux.

Il a conclu : « Il est urgent de créer un horizon politique vers une réalité à deux États. L'engagement déclaré du Premier Ministre Lapid en faveur de deux États aujourd'hui à l'Assemblée générale est une réaffirmation importante. Bien que nous sachions que cette réalité ne peut pas se produire du jour au lendemain, les mesures immédiates que nous exhortons les parties et les donateurs à prendre maintenant devraient être délibérément liées à cet objectif politique. Notre ensemble de recommandations - traitant des questions de sécurité, de la gouvernance palestinienne, de l'accès et de la circulation, de l'accès des Palestiniens dans la zone C et des relations institutionnelles entre Israël et l'AP - sont toutes liées à d'importantes questions non résolues sur le statut final. Les progrès dans ces domaines – compte tenu de la signification politique appropriée – peuvent restaurer un horizon politique et donner le temps nécessaire pour revenir à des négociations significatives ».

H.A

Nouvelles connexes