Accueil Rapports et Enquêtes 30/September/2019 08:59 PM

Abu Rudeina participe à la cérémonie d‘adieux du défunt président français Jacques Chirac

.Paris, le 30 septembre 2019, WAFA- Le ministre de l‘Information, Nabil Abu Rudeina, a participé lundi dans l‘église Saint-Sulpice, à une cérémonie d’adieux en l‘honneur du défunt président français Jacques Chirac dans la capitale française, Paris.

L‘ambassadeur de Palestine en France, Salman Herfy, et le conseiller principal à l‘ambassade, Nasser Jadallah, ont assisté à la cérémonie en présence d‘une foule de chefs d‘État et de gouvernement, de ministres, de représentants d‘organisations internationales et d‘ambassadeurs de pays accrédités en France.

M. Chirac est connu pour ses positions courageuses sur les questions du Moyen-Orient, en plus de son soutien clair aux droits des Palestiniens, et entretient des relations personnelles avec de nombreux dirigeants arabes et se caractérise par des déclarations controversées et des positions courageuses, appelées dans les journaux arabes et étrangers «  le Chirac Arabe ».

Chirac était aux côtés de la cause palestinienne, Il s‘est souvent opposé aux violations israéliennes contre les Palestiniens. Il a exprimé sa préoccupation face à la politique de Netanyahu et a appelé à la nécessité de parvenir à une paix israélo-palestinienne.

En dépit de ses réserves sur la question palestinienne à un moment de sa carrière, sa position a subi une transformation radicale car il est devenu l‘un des plus grands partisans de la création d‘un État palestinien.

Il a déclaré qu‘il soutenait le droit du peuple palestinien de créer un État palestinien indépendant, avec pour capitale Jérusalem, qu‘il avait même proposée en Israël lors de sa visite en 1996, défiant son occupation des territoires palestiniens et a confronté directement les soldats israéliens lorsqu‘ils ont resserré son mouvement lors de sa visite à Jérusalem-Est, il a menacé d‘interrompre sa visite s‘ils ne cessaient pas leur harcèlement.

Il a également été le premier à traiter avec le leader martyr Yasser Arafat en tant que chef d‘État. Il l‘a reçu à l‘Élysée à ce titre et quand Arafat est tombé malade, Chirac a mobilisé les moyens de santé de son pays pour lui sauver la vie, après l‘avoir transféré de Ramallah à un hôpital parisien dans un avion privé.

Quand Arafat a été déclaré martyr en 2004, il l‘a appelé "un homme de courage et de foi, incarnant la lutte palestinienne pour la création d‘un État" et a organisé pour lui des funérailles officielles en France.

M. Chirac est décédé jeudi dernier à l‘âge de 86 ans, honoré de plusieurs milliers de personnes, reflétant ainsi la position occupée par Chirac dans le cœur des Français.

F.N

Nouvelles connexes