Accueil Présidence 25/septembre/2020 05:49

Président Abbas: Les préparatifs sont en cours pour les élections législatives et présidentielles

Président Abbas: Les préparatifs sont en cours pour les élections législatives et présidentielles
Photo d'archive

Ramallah, le 25 septembre 2020, WAFA- Lors de son discours d'aujourd'hui devant le débat général de la 75e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le président Mahmoud Abbas a déclaré que les Palestiniens se préparent à organiser des élections législatives, suivies d'élections présidentielles, avec la participation de toutes les factions et partis politiques malgré tous les obstacles.

Entre-temps, le Président Abbas a appelé le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies à entreprendre, en coopération avec le Quartet et le Conseil de sécurité, les préparatifs en vue de tenir une conférence internationale avec la participation de toutes les parties concernées pour engager un véritable processus de paix, au début de la prochaine année et sur la base du droit international, des résolutions de l'ONU et des termes de référence pertinents.

Il a déclaré qu'un véritable processus de paix devrait conduire à la fin de l'occupation et à la réalisation par le peuple palestinien de sa liberté et de son indépendance au sein de son État, avec Jérusalem-Est comme capitale, aux frontières de 1967, et à résoudre toutes les questions du  statut final, notamment la question des réfugiés, fondée sur la résolution 194.

Le président a souligné qu'Israël, puissance occupante israélienne, et avec le soutien de l'actuelle administration américaine, veut remplacer l'état de droit international par l’accord du siècle américain et l'annexion prévue de plus de 33% des terres de l'État de Palestine, en plus de l'annexion de Jérusalem-Est occupée, y compris la mosquée Al-Aqsa et l'église du Saint-Sépulcre.

Voici le discours complet du président Abbas à l’occasion du 75ème anniversaire de la création des Nations unies:

Au nom de Dieu le Miséricordieux,

IL. M. Volkan Bozkir, Président de l'Assemblée générale

IL. M. António Guterres, Secrétaire général

Mesdames et Messieurs, Chefs et Membres des délégations,

Je me suis demandé en préparant cette déclaration que pourrais-je vous dire de plus, après tout ce que j'ai dit dans les déclarations précédentes, sur la tragédie et les souffrances perpétuelles endurées par mon peuple dont le monde est aujourd'hui témoin et sur leurs aspirations légitimes sont encore à accomplir à la liberté, à l'indépendance et à la dignité humaine, dont jouissent les peuples du monde.
Jusqu'à quand, Mesdames et Messieurs, la question de Palestine restera-t-elle sans une solution juste telle qu'énoncée dans les résolutions des Nations Unies? Jusqu'à quand le peuple palestinien restera-t-il sous occupation israélienne et la question des millions de réfugiés palestiniens restera-t-elle sans solution juste conformément à ce que l'ONU a déterminé il y a plus de 70 ans?

Mesdames et Messieurs,

Le peuple palestinien est présent dans sa patrie, la Palestine, la terre de ses ancêtres, depuis plus de 6000 ans, et il continuera à vivre sur cette terre, inébranlable face à l'occupation, à l'agression et aux déceptions et trahisons, jusqu'à l'accomplissement de leurs droits.

Malgré tout ce qu'ils ont enduré et continuent de subir, malgré le blocus injuste qui vise notre décision nationale, nous ne nous mettrons pas à genoux et ne nous rendrons pas et nous ne dévierons pas de nos positions fondamentales, et nous vaincrons, si Dieu le veut.

Mesdames et Messieurs,

Nous avons accepté la primauté du droit international et les résolutions de l'ONU, et nous l'avons fait en dépit de l'injustice historique que nous avons subie depuis 1917 à nos jours, et même si ces résolutions n'ont reconnu comme palestiniens que les territoires occupés en 1967. Pourtant, la puissance occupante israélienne, avec le soutien de l'actuelle administration américaine, veut substituer cette base à une solution juste par l’accord du siècle américain et le projet d'annexion de plus de 33% des terres de l'État de Palestine, en plus de l'annexion de Jérusalem-Est occupée, y compris la mosquée Al-Aqsa et l'église du Saint-Sépulcre. Nous avons rejeté cet accord, tout comme la communauté internationale, car il contrevient au droit international et aux résolutions de l'ONU, qui reconnaissaient, entre autres, l'existence de l'État de Palestine en 2012 dans le cadre de l'ordre international.

Nous avons toujours recherché une paix juste, globale et durable, et nous avons accepté toutes les initiatives qui nous ont été présentées. J'ai personnellement consacré ma vie à réaliser cette paix désirée, notamment depuis 1988, suivi de la Conférence de Madrid et des accords d'Oslo en 1993, et encore aujourd'hui. Nous avons accepté et sommes restés attachés à l'Initiative de paix arabe, car elle prévoit la paix, la sécurité et la coexistence une fois l'occupation terminée. Nous avons fait tout cela pour la paix. Qu'a fait Israël, puissance occupante, en retour?

Il a violé tous les accords signés avec nous, sapé la solution à deux États par ses pratiques oppressives de meurtres et de mutilations, d'arrestations, de démolitions de maisons, d'asphyxiant notre économie et d'agir systématiquement pour modifier le caractère et l'identité de Jérusalem occupée, attaquant ses musulmans et chrétiens des lieux saints, notamment la mosquée Al-Aqsa, et poursuivant sa colonisation  sur notre terre et contre notre peuple, ignorant l'Initiative de paix arabe pour la paix et essayant activement maintenant de détruire une autre opportunité de paix par des mesures unilatérales imprudentes.

Enfin, il annonce des accords de normalisation avec les Émirats arabes unis et Bahreïn, en violation de l'Initiative de paix arabe, et les termes de référence d'une solution globale, durable et juste conformément au droit international.

L'Organisation de libération de la Palestine n'a donné mandat à personne de parler ou de négocier au nom du peuple palestinien et la seule voie vers une paix durable, globale et juste dans notre région passe par la fin de l'occupation et la garantie de l'indépendance de l'État de Palestine sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale.

À cet égard, j'invite le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies à entreprendre, en coopération avec le Quartet et le Conseil de sécurité, les préparatifs pour la tenue d’une conférence internationale avec pleine autorité et avec la participation de toutes les parties concernées, au début de l'année prochaine, dans le but de s'engager dans un véritable processus de paix, sur la base du droit international, des résolutions de l'ONU et des termes de référence pertinents, conduisant à la fin de l'occupation et à la réalisation par le peuple palestinien de sa liberté et de son indépendance au sein de son État, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur les frontières de 1967, et résoudre toutes les questions du statut final, notamment la question des réfugiés, conformément à la résolution 194.

Mesdames et Messieurs,

Ceux qui croient que le peuple palestinien peut coexister avec l'occupation ou être soumis à des pressions et des diktats se font une illusion, tout comme ceux qui sont induits en erreur en leur faisant croire qu'ils peuvent contourner notre peuple, qui portent cette lutte et sont sa seule adresse. Que chacun sache qu’il n’y aura ni paix, ni sécurité, ni stabilité, ni coexistence dans notre région tant que cette occupation se poursuit et qu’une solution juste et globale de la question de Palestine, au cœur du conflit, reste refusée.

En Palestine, Mesdames et Messieurs, il existe un peuple vivant, créatif, civilisé, épris de paix, aspirant passionnément à la liberté. Un peuple qui a pu malgré l'occupation qui assiège sa vie - construire une société active et moderne, qui croit en la démocratie et à l'état de droit et qui a pu préserver son existence et son identité nationales malgré toutes les différences politiques et philosophiques entre ses divers composants. Nous voici, malgré tous les obstacles que vous connaissez trop bien, en train de nous préparer à organiser des élections législatives, suivies d’élections présidentielles, avec la participation de toutes les factions et partis politiques.

Nous continuerons de créer la vie et l’espoir sous le drapeau de l’unité nationale et de la démocratie. Nous continuerons de résister à toutes les tentatives et à tous les plans visant à nous effacer, et nous assurerons notre place légitime et naturelle parmi les nations et exercerons les droits qui nous sont accordés par la légitimité internationale, y compris notre droit de résister à cette occupation conformément au droit international.

Nous poursuivrons également de construire les institutions de notre État et de les consolider sur la base de l’état de droit. Nous continuerons de lutter contre le terrorisme international, comme nous l’avons fait depuis des années. Nous resterons fidèles à la paix, à la justice, à la dignité humaine et nationale en toutes circonstances.

Je salue le grand peuple palestinien qui poursuit courageusement la lutte pour la liberté et l’indépendance. Je salue nos martyrs, prisonniers et blessés. Je salue Jérusalem et notre peuple qui demeure inébranlable dans ses lieux saints. Je salue notre peuple dans la bande de Gaza assiégée. Je salue notre peuple dans les camps de réfugiés partout. Je salue tous ceux qui sont avec nous et avec nos droits dans tous les pays, nations et organisations.

La paix soit sur vous.

H.A

 

Nouvelles connexes