Accueil Rapports et Enquêtes 04/novembre/2020 07:51

Une nouvelle Nakba à Khirbet Hamsa al-Fawqa

Une nouvelle Nakba à Khirbet Hamsa al-Fawqa
Vestiges de la démolition israélienne de Khirbet Hamsa al-Fawqa dans la vallée du Jourdain.

Par Al-Hareth ​​Al-Husni

Vallée du Jourdain, le 4 novembre 2020, WAFA - La vie des habitants de Khirbet Hamsa al-Fawqa dans le nord de la vallée du Jourdain se déroulait normalement et comme d'habitude, du moins jusqu'à hier à midi lorsque les choses ont changé alors que bulldozers d'occupation israéliens ont rasé au sol des dizaines de structures appartenant aux familles palestiniennes.

Au début, l’ampleur des démolitions n’était pas claire, même si les rapports initiaux faisaient état de démolitions «sans précédent» dans la région.

Plus tard, l’ampleur de démolitions est devenu claire selon la documentation de la Commission de résistance contre le mur et la colonisation, que les autorités d'occupation ont démoli près de 70 structures, y compris des logements résidentiels, des locaux, des bergeries et des panneaux solaires pour 11 familles palestiniennes composées de 60 personnes.

Il convient de mentionner que c'est l'une des rares fois où l'occupation démolit à la fois un rassemblement résidentiel en entier dans le nord de la vallée du Jourdain.

En outre, les forces d'occupation ont saisi des tracteurs, des réservoirs d'eau et des véhicules pour les habitants de Khirbet Ibziq dans le nord de la vallée du Jourdain.

Le militant des droits de l’homme, Aref Daraghmeh a décrit ce qui s'est passé à Khirbet Hamsa comme «une nouvelle Nakba (catastrophe)» pour ses habitants qui vivent de l'élevage et profitent des plaines ouvertes pour fournir de la nourriture gratuite à leur bétail.

Nizam Abu Kabbash, l’un des habitants a dit alors qu'il traversait les décombres: « Ils ont tout détruit pour nous ». « Maintenant, la vie n'a plus de sens. »

Anas Awawdeh, une autre personne touchée par les démolitions, déclare: « Je n'ai jamais rien vu de tel au cours des 10 années que j'ai vécues sur place".

Anas a entendu un officier israélien dire au conducteur du bulldozer : « "Nivelez-les au sol ».

Walid Assaf, chef de la Commission de résistance contre le mur et la colonisation, a dit à WAFA que ce qui s'est passé était une politique de terre brûlée et que l'occupation poursuivait une politique de démolition totale des communautés palestiniennes afin de vider la terre. "

Il a été possible de voir toutes les tentes et structures nivelées au sol, à l'exception des tentes qui ont été fournies hier soir par les organisations de défense des droits de l'homme et la Croix-Rouge pour les familles affligées.

Mais Abu Kabbash a déclaré que les tentes n'accueillaient pas tout le monde et que certains d'entre eux passaient leurs nuits dans leur véhicule privé.

Cela a été repris par Awawdeh, qui a déclaré au journaliste de WAFA qu'il a été obligé d’envoyer ses enfants et sa femme chez des parents dans un endroit lointain, notant qu'il n'y avait aucune indication de la démolition et que tout cela s'était produit soudainement à midi.

"Ils ont choisi un moment avant l'arrivée de la pluie", a-t-il dit. "Nous vivons ici une vie difficile et cette nuit a été l'une de nos pires nuits."

Le ciel était couvert de nuages ​​et il y avait des pluies pendant que les résidents travaillaient à récupérer leurs affaires.

Le citoyen, Abdul Ghani Awawdeh (52 ans) a dit : « Rien de tel ne m'est arrivé. Six bulldozers et plus de deux cents soldats ont pris d'assaut et détruit l'endroit, ne laissant rien. »

Le centre israélien des droits de l'homme B'Tselem affirme que depuis des décennies, les autorités d'occupation ont mis en œuvre une politique visant à déplacer ces communautés en créant une réalité vivante difficile à supporter et en poussant les gens à quitter leurs habitations "comme s'il s'agissait de leur libre arbitre. "

Selon B'Tselem, il y a environ 2 700 personnes vivant dans une vingtaine de communautés de la vallée du Jourdain, sur des terres ou à la périphérie de terres que l'armée a déclarées zones de tir. Les autorités d'occupation cherchent, par divers moyens, à empêcher les gens de continuer à résider dans la région, et parmi ces moyens figure la démolition répétée de leurs maisons.

Avant deux mois, Anas a commencé de rénover ses tentes, en préparation pour l’accueil de la saison hivernale, et après avoir terminé, l'occupation a détruit tous sa communauté résidentiel le. Pour lui, sa vie est désormais dans le cercle d'un avenir inconnu.

Selon un rapport préparé par le centre des recherches de la terre, Israel a démoli 19 habitations palestiniennes à Tubas et dans les vallées nord du Jourdain en 2019.

H.A

Nouvelles connexes

Lire la suite