Accueil Rapports et Enquêtes 12/November/2020 05:20 PM

 Les forces d’occupation israéliennes  arrêtent 446 Palestiniens dont 63 enfants et 16 femmes, en octobre dernier

 Les forces d’occupation israéliennes  arrêtent 446 Palestiniens dont 63 enfants et 16 femmes, en octobre dernier

 

Ramallah, le 12 novembre 2020, WAFA- 446 palestiniens ont été arrêtés par l’occupation, dont 63 enfants et 16 femmes dans les territoires palestiniens occupés, pendant le mois d'octobre dernier, ont documenté les institutions palestiniennes des affaires des prisonniers et des droits de l'homme.

La Commission des affaires des prisonniers et ex-prisonniers, le Club du prisonnier, l’institution Al-Dameer pour la protection et les droits des prisonniers, le Centre d’information, Wadi-Helwi-Salwan, ont détailé dans leur rapport publié ce jeudi, que les autorités d’occupation, ont arrêté 200 citoyens de Jérusalem, 34 de Ramallah, 70 d’Hébron, 34 de Jénine, 37  de Bethléem, 27 de Naplouse, 10 de Tulkarem, 17 de Qalqiliya, 2 de Jéricho, 8 de tubas, 2 de Selfit et 2 de Gaza.

Ces institutions ont indiqué que le nombre de détenus dans les prisons de l’occupation, a atteint pendant le mois d’octobre dernier, 4500 prisonniers, dont 40 prisonnières et 170 enfants, tandis que 370 sont en détention administrative.

Les institutions ont évoqué que 68 ordres de détention administrative avaient été émis en octobre par Israël contre des militants palestiniens, parmi lesquels 38 nouveaux ordres et 30 renouvellements d'ordres.

Le rapport, publié par les institutions, comprenait un suivi des politiques les plus isévères de l'occupation mises en œuvre contre les prisonniers et les détenus en octobre dernier, notamment l'isolement cellulaire, la poursuite des arrestations systématiques, en particulier à Jérusalem, et le refus des visites des familles à des centaines de prisonniers.

La politique d’isolement: 

L’occupation, avec ses forces et son régime oppressif, continue d’infliger des préjudices physiques et psychologiques aux prisonniers à l’intérieur des prisons, par l'utilisation de la politique systématique d'isolement cellulaire et les éloigner avec le reste des détenus à l'intérieur de la prison, et de les couper du monde extérieur, notamment priver leurs familles de leur rendre visite.

L'administration des prisons d'occupation utilise l'isolement  comme punition contre les prisonniers en les gardant dans des cellules séparées pendant de longues périodes dans le but de briser leur résolution.

La loi permet aux tribunaux d'occupation de rendre une décision de placer le détenu / prisonnier à l'isolement pendant une période de 6 mois dans une pièce et de 12 mois dans une salle commune.

Jérusalem continue de faire face à des campagnes systématiques d'arrestations et d'abus :

 Les autorités d'occupation ont intensifié la campagne d'arrestations dans la ville occupée de Jérusalem en octobre, lorsque 200 arrestations ont été enregistrées, dont 45 mineurs et 15 femmes.

 Les arrestations se sont concentrées dans la ville d'Issawiya, où les arrestations ont atteint 90 cas, la campagne "d'agressions et de châtiments collectifs" se poursuivent depuis plus d'un an.

Les Institutions des prisonniers ont renouvelé leur appel à toutes les institutions internationales des droits de l'homme d’exercer une pression sérieuse sur l'occupation, surtout dans les circonstances actuelles avec la propagation continue du virus Corona.

Elles ont demandé :

-La libération des prisonniers malades et âgés.

- De permettre l'existence d'un comité médical neutre pour suivre l'état de santé des détenus malades.

- Fournir aux détenus un moyen de communiquer avec leurs familles.

-La pression sur l'occupation pour arrêter les arrestations quotidiennes.

-De  mettre fin à l'ensemble des politiques de punitions systématiques que l'administration pénitentiaire continue d’exercer contre les détenus dans les centres de détention et les prisons.

F.N

 

 

 

 

 

Nouvelles connexes