Accueil Occupation 04/May/2021 01:43 PM

La diplomatie palestinienne appelle le Conseil de sécurité à mettre en œuvre la résolution (2334)

La diplomatie palestinienne appelle le Conseil de sécurité à mettre en œuvre la résolution (2334)
photo d'archive

 

Ramallah, le 4 mai 2021, WAFA- Le ministère des Affaires étrangères et des Expatriés a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à assumer ses responsabilités juridiques et morales à l'égard des crimes effectués par les autorités israéliennes contre le peuple palestinien, en particulier l'expansion des colonies qui saisit des terres et maisons palestiniennes, en forçant les Palestiniens de se déplacer.

La diplomatie palestinienne a indiqué que ces crimes menacent gravement les chances de parvenir à la paix conformément aux références internationales convenues, surtout la terre en échange de la paix et le principe de la solution à deux États, ainsi que de mettre en œuvre les résolutions pertinentes de l'ONU, dont la plus importante est la résolution (2334).  

Elle a souligné que la colonisation est un crime et selon le droit international, c'est un crime de guerre et contre l'humanité, dont le droit international sera tenu responsable, demandant à la Cour pénale internationale d'accélérer ses enquêtes concernant les crimes de l'occupation et les colons.

Dans sa déclaration, le ministère des Affaires étrangères a condamné trois nouveaux plans coloniaux pour la construction de 393 nouvelles unités coloniales en Cisjordanie occupée, sur une superficie estimée à 432 dunums de terres palestiniennes dans les villages d'Al Khader, Ramin et la ville de Dhahiriya, les considérant comme une extension de l'annexion inopinée des terres de Cisjordanie.

Le ministère a également évoqué les opérations de déplacement forcé à Jérusalem, en particulier dans le quartier de Sheikh Jarrah,  à Silwan,  dans la vallée du Jourdain, à Masfer Yatta, à Badia et à Jérusalem, ainsi que la discrimination raciale et la persécution contre le peuple palestinien, comme l’a indiqué le dernier rapport de Human Rights Watch.

À cet égard, le ministère a tenu l'État d'occupation, son gouvernement et ses diverses branches pleinement responsables de ses crimes.

R.N/F.N

Nouvelles connexes

Lire la suite