Accueil Occupation 07/May/2021 03:33 PM

Les forces d’occupation prennent les mesures du domicile d’un prisonnier, prélude pour le démolir

Les forces d’occupation prennent les mesures du domicile d’un prisonnier,  prélude pour le démolir
Les forces d’occupation prennent les mesures du domicile d’un prisonnier, prélude pour le démolir.

Ramallah, le 7 mai 2021, WAFA- D’importantes forces de l’armée israéliennes ont pris d’assaut tout ce matin la localité de Turmus Ayya au nord de la ville de Ramallah en Cisjordanie occupée et ont encerclé la maison du prisonnier Montaser Shalabi (47 ans).

Shalabi a été arrêté par Israël pour avoir accusé d'avoir tiré dimanche dernier sur des colons à la jonction nord de la Cisjordanie de Zaatara, également connu des colons sous le nom de Tapuah.

Des sources locales ont rapporté à notre correspondant que les forces d’occupation ont attaqué la maison de Shalabi, ont détenu sa famille dans une pièce, ont pris les mesures de la maison et en ai dessiné des cartes détaillées.

Après l’assaut de la maison de Shalabi, des confrontations ont éclaté entre les soldats d’occupation et les jeunes de Turmus Ayya, au cours desquels, les soldats ont tiré les grenades assourdissantes et du gaz et les vraies balles et les balles métalliques recouvertes de caoutchouc, sans faire de blessés.

Habituellement, les mesures des maisons palestiniennes sont prises par les forces d’occupation à des fins de démolition, que ce soit à titre de punition contre les familles des prisonniers ou des martyrs ,accusés d'être impliqué dans des attaques contre des Israéliens ou dans le but de s’emparer des terres et d’expansion des colonies.

Israël recourt à la démolition punitive des maisons familiales des Palestiniens comme moyen de dissuasion - accusé d'être impliqué dans des attaques contre des Israéliens, une politique qu'Israël n'applique pas aux colons israéliens impliqués dans des attaques mortelles contre des Palestiniens.

Cette politique a été largement condamnée par les groupes de défense des droits de l'homme en tant que « châtiment collectif » et « crime de guerre et crime contre l’humanité ».

H.A

Nouvelles connexes