Accueil Occupation 10/June/2021 08:11 PM

Affrontements corporels avec les forces d'occupation à l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa

Affrontements corporels avec les forces d'occupation à l'intérieur de la mosquée Al-Aqsa

 

Jérusalem, le 10 juin 2021, WAFA- Des combats corporels ont éclaté entre les jeunes Palestiniens et les forces d'occupation israéliennes ce jeudi soir, après que des membres des « Forces spéciales » et des « Gardes-frontières » ont pris d'assaut la place du Dôme du Rocher à l'intérieur de la mosquée bénie d'Al-Aqsa, selon des sources locales.

Les sources  ont indiqué que les jeunes Palestiniens ont affronté les forces d'occupation avant que les soldats n'arrêtent un certain nombre d'entre eux, dont Bashar Iyad Al-Shweiki.

Ces provocations interviennent après que les forces d'occupation ont annulé la "marche des drapeaux" qui était prévue aujourd'hui.

De jeunes habitants de Jérusalem ont lancé des appels à être présents dans les environs de Bab al-Amud pour contrer les tentatives du membre extrémiste israélien de la Knesset, Itamar bin Gvir, accompagné de plusieurs colons, de prendre d'assaut les environs de Bab al-Amud et de hisser les drapeaux de l’occupation.

Les slogans lancés lors de la « Marche des drapeaux » sont d'une violence extrême. On y entend crier « Mort aux arabes » et proférer menaces et insultes. Dans le défilé, certains juifs nationalistes promettent même la destruction de la mosquée al-Aqsa et du Dôme du Rocher, troisièmes lieux saints de l’islam. 

Le mois dernier déjà, la police israélienne s’est déployée massivement dans les rues de Jérusalem  et a bloqué le passage de ce défilé annuel vers les quartiers palestiniens de Jérusalem-Est. 

Pour ces militants d’extrême droite, pas question de s’en tenir à cette interdiction vécue comme un véritable « échec ». Ils ont souhaité organiser une nouvelle marche ce jeudi. Mais encore une fois, c’est le parcours du défilé qui a posé problème aux autorités israéliennes.

La marche devait se dérouler en partie dans les quartiers palestiniens de la Vieille Ville. La police a refusé ce parcours. Les organisateurs ont alors annulé leur rassemblement. 

De leur côté, les Palestiniens considèrent cet événement comme de la pure provocation.

F.N

.

 

Nouvelles connexes