Accueil Les Prisonniers 04/July/2022 09:16 AM

Un détenu palestinien administratif se bat depuis près de 3 mois pour sa liberté

Un détenu palestinien administratif se bat depuis près de 3 mois pour sa liberté

Ramallah, le 4 juillet 2022, WAFA – Bien qu'il soit en grève de la faim depuis 89 jours, un détenu administratif palestinien en Israël insiste pour mettre fin à son incarcération illégale avant de mettre fin à son jeûne.

Raed Rayyan, 27 ans, du village de Bidou, à l'ouest de Jérusalem, a perdu du poids et souffre de douleurs, de maux de tête et de vomissements en raison de son long jeûne réclamant sa liberté, selon la Commission des affaires des prisonniers et ex-prisonniers.

 Elle a déclaré à WAFA que Rayyan avait passé deux mois à l'isolement, ce qui avait aggravé son état de santé.

Un autre détenu administratif, Khalil Awawdeh, 40 ans, de la ville d'Idna dans le sud de la Cisjordanie, a mis fin la semaine dernière à sa grève de la faim après 111 jours de jeûne après qu'on lui ait promis de ne pas renouveler sa période de détention actuelle. Cependant, Israël a renié sa promesse et a renouvelé sa détention pour quatre mois supplémentaires et a isolé Awawdeh du monde extérieur, ne permettant même pas à son avocat de le rencontrer ou de vérifier son état.

Il y a actuellement 682 Palestiniens détenus en détention administrative en Israël sans inculpation ni procès.

Dans le même contexte, environ 600 détenus palestiniens ont refusé de se présenter à leurs audiences devant un tribunal militaire pendant 184 jours pour protester contre leur détention injuste sans inculpation ni procès en vertu de la politique controversée de détention administrative d'Israël.

Le boycott comprend des audiences pour le renouvellement des ordonnances de détention administrative ainsi que des audiences d'appel et des dernières sessions à la Cour suprême d'Israël.

Les détenus palestiniens disent que leur action s'inscrit dans la continuité des efforts palestiniens de longue date « pour mettre fin à la détention administrative injuste pratiquée contre notre peuple par les forces d'occupation ».

En détention administrative, Israël maintient les Palestiniens sans inculpation jusqu'à six mois, une période qui peut être prolongée un nombre indéfini de fois. Des femmes et des mineurs figurent également parmi ces détenus. La détention a lieu sur ordre d'un commandant militaire et sur la base de ce que le régime israélien décrit comme des preuves « secrètes ». Certains prisonniers ont été maintenus en détention administrative jusqu'à 11 ans.

Les Palestiniens et les groupes de défense des droits de l'homme affirment que la détention administrative viole le droit à une procédure régulière, car les preuves sont dissimulées aux prisonniers pendant qu'ils sont détenus pendant de longues périodes sans être inculpés, jugés ou condamnés.

Les détenus palestiniens ont continuellement eu recours à des grèves de la faim illimitées pour tenter d'exprimer leur indignation face à la détention. Ils ont également été soumis à la torture, au harcèlement et à la répression systématiques tout au long des années d'occupation des territoires palestiniens par Israël.

Plus de 4 500 prisonniers palestiniens sont actuellement détenus dans environ 17 prisons israéliennes. Plus de 450 détenus, dont des femmes et des mineurs, sont en détention administrative. Les groupes de défense des droits décrivent l'utilisation par Israël de la détention comme une « tactique en faillite » et demandent depuis longtemps à Israël de mettre fin à son utilisation.

H.A

Nouvelles connexes