Accueil Les Prisonniers 15/August/2022 02:08 PM

Le détenu administratif Awawdeh aux portes du trépas après 155 jours de sa grève de la faim

Le détenu administratif Awawdeh aux portes du trépas après 155 jours de sa grève de la faim

Ramallah, le 15 août 2022, WAFA- A la lumière de l’intransigeance du service pénitentiaire israélien à répondre à sa revendication de mettre fin à sa détention sans inculpation ni procès, le détenu administratif palestinien, Khalil Awawdeh sur le bord du décès à tout moment dans la prison israélienne d’Al-Ramleh.

Jeudi dernier, le tribunal militaire d'Ofer a autorisé l'avocat du prisonnier, Awawdeh, à lui rendre visite en urgence, accompagné d'un médecin spécialisé, pour l'examiner et préparer un rapport médical sur son état de santé, afin de le soumettre au tribunal, qui examinera l'appel qui lui est soumis dimanche prochain.

Suite à sa visite avant-hier, la femme de Khalil, Dalal Awawdeh a déclaré que son mari emprisonné poursuivrait sa grève jusqu'à ce qu'il obtienne sa liberté.

Elle a cité son mari, après lui avoir rendu visite, disant : « Ma grève n'est pas contre la vie mais contre les chaînes et l'ordre de me retirer ma liberté. »

Elle l'a cité en outre disant que « les forces d’occupation mangent devant moi et je pleure pour elles, car elles pensent que cela peut m'affecter », notant que son mari ressemblait à un squelette devant elle.

L'épouse du prisonnier, Awawdeh, a souligné que son mari, Khalil, lui avait dit : « Je peux à peine te voir à cause du flou dans ma vision, mais tu es gravée dans mon cœur ».

L'épouse du prisonnier a décrit son mari comme un homme « de très bonne humeur » et l'a cité comme disant que sa fermeté est celle des montagnes de Palestine.

Elle a expliqué que le médecin lui avait dit que de nombreux organes du prisonnier ne fonctionneraient pas correctement, même si le prisonnier Khalil Awawdeh suspendait sa grève. »

Elle a déclaré : « Quatre membres de la sécurité de l'Autorité pénitentiaire étaient avec moi dans la pièce et cinq autres membres étaient à la porte... ils m'ont seulement autorisée à lui serrer la main », notant que « les soldats de l'occupation m'ont empêchée de l'approcher et ont menacé d’annuler la visite juste parce qu'ils me tenaient par la main. »

Ahlam Haddad, l'avocate du prisonnier Khalil Awawdeh, qui est en grève de la faim depuis plus de 160 jours, avait déjà confirmé qu'elle avait été « choquée » lorsqu'elle a vu Awawdeh à cause de son état de faiblesse, expliquant qu'il « souffre d'une grave perte de poids et est devenu incapable de parler. Il ne se souvient pas de sa famille. »

Le détenu Awawdeh souffre de fortes douleurs articulaires, de maux de tête, de forts étourdissements et d'une vision floue, qu'il est incapable de marcher et qu'il se déplace en fauteuil roulant.

Khalil Awawdeh, 40 ans, de la ville d'Idna, dans le gouvernorat d'Hébron, au sud de la Cisjordanie, est en grève de la faim depuis 43 jours pour protester contre sa détention administrative prolongée sans inculpation ni procès.

Le mois dernier, Awawdeh a rompu un jeûne de 111 jours après avoir été rassuré par les autorités pénitentiaires israéliennes que sa détention administrative ne serait pas renouvelée, mais il a repris la grève de la faim une semaine plus tard après que les autorités d'occupation ont renié leur promesse de ne pas mettre fin à son ordonnance de détention injuste.

La politique israélienne de détention administrative largement condamnée permet la détention de Palestiniens sans inculpation ni procès pour des périodes renouvelables allant généralement de trois à six mois sur la base de preuves non divulguées que même l’avocat d’un détenu n’est pas autorisé à voir.

Actuellement, Israël détient plus de 680 Palestiniens en détention administrative, jugée illégale par le droit international, la plupart d'entre eux étant d'anciens prisonniers qui ont passé des années en prison pour leur résistance à l'occupation israélienne.

En détention administrative, Israël maintient les Palestiniens sans inculpation jusqu'à six mois, une période qui peut être prolongée un nombre indéfini de fois. Des femmes et des mineurs figurent également parmi ces détenus. La détention a lieu sur ordre d'un commandant militaire et sur la base de ce que le régime israélien décrit comme des preuves « secrètes ». Certains prisonniers ont été maintenus en détention administrative jusqu'à 11 ans.

H.A

Nouvelles connexes