NOUVELLES IMPORTANTES
Accueil Les Prisonniers 09/September/2022 11:09 AM

Trois détenus palestiniens poursuivent leur grève ouverte de la faim contre les politiques israéliennes arbitraires

Trois détenus palestiniens poursuivent leur grève ouverte de la faim contre les politiques israéliennes arbitraires

Ramallah, le 9 septembre 2022, WAFA- Les deux frères Ahmad, 44 ans, et Adal Mousa, 34 ans, ont entamé une grève de la faim pendant 33 jours consécutifs pour protester contre leur détention administrative en Israël sans inculpation ni procès.

Hasan Abed Rabbo, porte-parole de la Commission des affaires des prisonniers, a déclaré à WAFA qu'Ahmad, qui souffre de maladies cardiaques et rénales, a été transporté jeudi dernier dans un hôpital en Israël où il a subi des examens puis est retourné à la clinique de la prison de Ramla.

Les deux frères, originaires de la ville d'al-Khader près de Bethléem, ont entamé une grève de la faim le lendemain de leur arrestation le 7 août pour protester contre leur détention administrative.

Ahmad Mousa, marié et père de sept enfants, est un ancien prisonnier qui a entamé une grève de la faim lors d'une arrestation antérieure et a été libéré dans le cadre d'un accord qui a mis fin à sa détention, a été condamné à quatre mois de détention administrative, tandis que son frère, Adal, marié et père de deux enfants, avait passé sept ans en prison pour avoir résisté à l'occupation et avait été condamné à trois mois de détention administrative.

Il y a actuellement environ 700 Palestiniens en détention administrative en Israël, détenus sans inculpation ni procès et sur la base de preuves classifiées. Beaucoup ont dû recourir à des grèves de la faim pour obtenir leur libération, faute de quoi ils resteraient enfermés pendant plusieurs années.

Pendant ce temps, le détenu, Jawad Jawarish, 41 ans, de Bethléem, poursuit sa grève de la faim ouverte, pour le huitième jour consécutif, dans les cellules de la prison "Ashkelon", pour exiger qu'il soit autorisé à rencontrer ses deux frères détenus dans les prisons d’occupation, Abdallah et Orabi.

Jawarish, emprisonné depuis 2002, s'était vu refuser la visite à ses deux frères il y a 20 ans, sous prétexte d'une "interdiction de sécurité" à leur encontre. Aujourd'hui, après leur arrestation, il demande à les rencontrer, après de nombreuses années de privation.

Il convient de noter que Jawarish est condamné à la réclusion à perpétuité et qu'il a été soumis à plusieurs reprises à l'isolement. Il est marié et père de deux filles, dont l'une avait huit mois lorsqu'il a été arrêté.

H.A

Nouvelles connexes

Lire la suite