Accueil Politique 11/February/2020 07:06 PM

Le Président devant le Conseil de sécurité: "Le plan américain renferme 311 violations du droit international"

New-York, le 11 février 2020, WAFA- Dans son discours  devant le Conseil de sécurité des Nations Unies à New York mardi soir, Le président Mahmoud Abbas a déclaré que le plan américain proposé contenait 311 violations du droit international, affirmant qu‘il ne pouvait pas assurer la paix et la sécurité, car il annulait les décisions de légitimité internationale et nous devrons faire face à leur mise en œuvre sur le terrain.

Le président a souligné que cet accord ne devrait pas être considéré comme une référence internationale pour les négociations, car il est américano-israélien et liquide la question palestinienne, il n‘apportera ni la sécurité ni la paix à la région.

Le Président a affirmé que la paix entre le peuple palestinien et israélien est toujours possible et réalisable, appelant à la construction d‘un partenariat international pour parvenir à une paix globale, juste et durable, à laquelle dit-il, nous restons attachés en tant que choix stratégique.

Il a ajouté:  "Nous avons déjà pris des mesures historiques pour assurer la paix, nous avons répondu aux efforts des administrations américaines successives, aux initiatives internationales et à tous les appels au dialogue et à la négociation, cependant, rien ne nous a été offert qui réponde au minimum de justice pour notre peuple et c‘est le gouvernement d‘occupation actuel qui fait échouer tous les efforts".

Le président a rejeté les échanges économiques contre des solutions politiques, car la base dit-il, c’est une solution politique.

Il a appelé le Quartet, représenté par les États-Unis, la Russie, l‘Union européenne, les Nations Unies et les membres du Conseil de sécurité, à une conférence internationale de paix, en présence de la Palestine, d‘Israël et d‘autres pays concernés, de mettre en œuvre les résolutions de légitimité internationale, en particulier la résolution 2334 de 2016 du Conseil de sécurité, avec la vision de la solution à deux États et l‘initiative de paix arabe en établissant un mécanisme international basé sur le Quartet pour parrainer les négociations de paix entre les deux parties.

Le Président a réaffirmé que la médiation américaine n‘est pas acceptée seule, appelant la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement d‘occupation pour qu‘il cesse ses pratiques d‘occupation et ses décisions continues d‘annexer les terres palestiniennes et de leur imposer sa souveraineté qui détruisent inévitablement toutes les chances de faire une véritable paix.

"Notre peuple ne peut plus tolérer la poursuite de l‘occupation et la situation est devenue explosive, pour éviter cela, nous devons redonner espoir à notre peuple et à tous les peuples de la région dans la liberté, l‘indépendance et la paix" a-t-il souligné.

S‘adressant au peuple israélien, le président a dit:  "La poursuite de l‘occupation, des colonies et du contrôle militaire sur un autre peuple ne vous apporte ni paix ni la sécurité. Nous n‘avons qu‘un seul choix pour être partenaires et voisins, chacun dans son État indépendant et souverain, alors restons unis à ce choix juste avant qu‘il ne soit trop tard". Le président a réitéré que notre lutte n‘est pas avec le judaïsme, mais avec ceux qui occupent notre terre: "Nous continuerons donc notre lutte pour mettre fin à l‘occupation et incarner notre État palestinien, soulignant que notre peuple ne s‘inclinera pas et ne se rendra pas".

Enfin, Il a conclu son discours en disant: "Attention de tuer l’espoir chez notre peuple palestinien".

F.N

 

 

Nouvelles connexes