Accueil Rapports et Enquêtes 22/May/2019 11:10 AM

Un rapport de l’OMS expose les crimes israéliens contre le secteur palestinien de la santé

Genève, le 22 mai 2019, WAFA- La ministre palestinienne de la santé, Mai Al-Keileh a déclaré que l’organisation mondiale de la santé a présenté un rapport sur les conditions de santé en Palestine et le Golan syrien occupé, pendant la soixante-douzième réunion de l’Assemblée mondiale de la sante tenue à Genève.

Ce rapport a exposé les crimes et les violations de l’occupation israélienne contre le secteur palestinien de la santé.

Al-Keileh a ajouté dans un communiqué de presse publié mercredi, que le rapport a confirmé que les Palestiniens ont été soumis à la violence pendant l’année dernière, où 299 citoyens ont été tués, 30,000 autres blessés dont 6239 par de vraies balles, 113 amputés, 21 paralysés et 9 souffrant d’une perte permanente de la vue.

Le rapport de l’OMS a indiqué que la santé mentale est l‘un des défis les plus importants auxquels sont confrontés à la santé publique et plus de la moitié des enfants touchés par les attaques israéliennes dans la bande de Gaza pourraient être exposés au syndrome de stress post-traumatique, En outre, quelque 210,000 personnes souffrent de troubles mentaux graves ou modérés dans la bande de Gaza.

L’Organisation mondiale de la santé a enregistré 363 attaques israéliennes contre le secteur de la santé dans la bande de Gaza durant l’année dernière, dont 362 depuis le déclenchement de la Grande Marche du Retour en mars 2018, provoquant la mort de 3 employés dans le secteur de la santé, 565 blessés ainsi que 85 ambulances ont été endommagées.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l‘homme a indiqué que des agents de la santé avaient été agressés alors qu‘ils tentaient d’arriver aux blessés et de les traiter.

En Cisjordanie, l’OMS a enregistré 60 attaques de l‘occupation israélienne contre le secteur de la santé en 2018. Ces attaques comprennent l’interdiction des ambulances et le personnel médical d‘atteindre les citoyens malades, l’interdiction de six cliniques mobiles d‘accéder aux communautés situées dans les zones (C) pendant des périodes allant jusqu‘à deux semaines, la confiscation d’un véhicule appartenant au Ministère palestiniens de la santé.

L’organisation a ajouté que plusieurs incidents recensés par le Haut-Commissariat confirment la négligence des soldats israéliens dans la fourniture d‘une assistance médicale aux Palestiniens blessés à mort.

Dans ce contexte, le rapport de l’OMS a confirmé que les postes de contrôle israéliens entravent la circulation entre les villes palestiniennes et le transfert des patients.

L‘organisation a souligné que la division de la Cisjordanie par l’occupation israélienne avait entraîné la création de catégories de citoyens à haut risque dans les zones (C), la zone de démarcation et H1 à Hébron.

Le rapport a ajouté que le manque de souveraineté de l‘Autorité palestinienne sur le terrain affecte ses revenus financiers et donc la viabilité du secteur gouvernemental de la santé, soulignant que le Protocole économique de Paris a des conséquences sur l‘accessibilité financière des médicaments et celle des soins de santé en général en Palestine.

Le ministère palestinien de la Santé paye des sommes exhaustives pour de nombreux médicaments par rapport aux prix de référence internationaux, où les restrictions à l‘importation sont un facteur majeur contribuant à la hausse des prix.

H.A

 

 

Nouvelles connexes