Accueil Les Prisonniers 31/octobre/2020 10:37

Cinq prisonniers entament une nouvelle année dans les prisons israéliennes

 

 Ramallah, le 31 octobre 2020, WAFA- Cinq prisonniers sont entrés ce samedi dans leur nouvelle année de captivité dans les geôles israéliennes.

Le prisonnier Jumaa Ibrahim Adam (51 ans) du gouvernorat de Jéricho est entré dans sa 33e année, c’est l'un des anciens prisonniers arrêtés avant la signature des accords d'Oslo, qui sont au nombre de 29 et devaient être libérés dans le cadre du quatrième et dernier groupe d'anciens prisonniers au cours des négociations israélo-palestiniennes, cependant, les autorités d'occupation ont violé l'accord et ont refusé de les libérer en mars 2014.

Le prisonnier Adam est détenu dans la prison israélienne, "Hadarim" il a perdu sa mère alors qu'il était en captivité. Les autorités d'occupation ont empêché son frère de lui rendre visite sous des prétextes de sécurité, sachant que le reste de ses frères et sœurs sont en exil

Adam est détenu depuis le 31/10/1988 et purge une peine à perpétuité.

Dans le même contexte, quatre autres prisonniers du gouvernorat de Jénine sont entrés dans de nouvelle année dans les prisons d'occupation israélienne a rapporté  à WAFA, le directeur du club du prisonnier, Montasser Samour.

Il a indiqué  que les deux prisonniers Qassem Mansour Abu Aoun et Firas Suleiman Hassan Khalili, tous deux condamnés à la réclusion à perpétuité, entrent dans leurs 18 ans dans les prisons d'occupation.

Le prisonnier, Nabil Juma Taher Mugheer, condamné à 24 ans, entre dans sa vingtième année dans les prisons d'occupation

Le prisonnier Tawfiq Ahmed Rabiaa, entre dans sa 18e année dans les prisons d'occupation, il est condamné à 25 ans de prison ferme.

 Il est à noter que les quatre prisonniers ont passé des années en isolement et ont été punis en privant leurs proches de leur rendre visite.

Plus de 5000 Palestiniens sont emprisonnés, dans des conditions pitoyables, dans les prisons israéliennes, dont 230 enfants et 54 femmes. Sur ce nombre, 481 prisonniers sont détenus sans jugement, au titre d’une pratique illégale connue sous le nom de « détention administrative ».

F.N

 

Nouvelles connexes

Lire la suite