Accueil Les Prisonniers 22/novembre/2020 02:33

Les autorités d’occupation poursuivent la détention de trois frères Palestiniens dont un blessé

Les autorités d’occupation poursuivent la détention de trois frères Palestiniens dont un blessé

Ramallah, le 22 novembre 2020, WAFA- Les autorités d’occupation israéliennes poursuivent la détention  de trois frères Palestiniens dont un souffre de blessures graves, selon le Club du prisonnier.

Muhammad (20 ans), le blessé Issa (16 ans) et Jihad (17 ans) Al-Taiti, trois frères résidant dans le camp de réfugiés d’Al-Aroub à Hébron dans le sud de la Cisjordanie occupée, ont été appréhendés à différentes périodes par les forces d’occupation israéliennes.

Muhammed a été arrêté en juillet de l'année dernière et l'occupation l'a condamné à deux ans et demi de prison, tandis que son frère Issa a été arrêté le 15 septembre de cette année, après que les soldats de l'occupation l'ont battu et blessé, et le troisième frère Jihad a été capturé le 17 septembre.

Le blessé Issa, après sa blessure, a croupi dans les soins intensifs de l’hôpital ‘Hadassa Ein Karem’ pour 8 jours, et  a été transféré par la suite à la prison israélienne de Majjido et puis à la prison d’Ofer.

Issa souffre de déformations faciales, d'une fracture du crâne et d'une grave blessure à la tête, il a besoin d'un suivi médical urgent, sachant qu'il est toujours en cours de détention.

Les forces d'occupation ne se sont pas contentés de blesser gravement Issa, des forces spéciales ont de nouveau pris d'assaut la maison de la famille Al-Taiti et ont arrêté leur frère de 17 ans, Jihad qui était un ancien blessé qui avait été arrêté à plusieurs reprises.

Les autorités d’occupation privent également le père des trois détenus, Imad Al-Taiti de leur rendre visite et subit toujours des menaces israéliennes d’arrêter le reste de ses enfants.

Le club du prisonnier a déclaré : Ce à quoi la famille Al-Titi est exposée est un exemple de centaines de familles, que l'occupation cible systématiquement à travers la politique de détention répétée et les harcèlements et l'intimidation qui l'accompagnent, appelant les institutions internationales des droits de l'homme, principalement les Nations Unies, à faire pression sur l'occupation pour qu'elle cesse ses crimes, et rend l’occupation responsable, soulignant que le silence international sur ces crimes a donné le feu vert à la poursuite de l'occupation de commettre plus de violations et de crimes.

H.A

 

Nouvelles connexes

Lire la suite