Accueil Les Prisonniers 25/September/2022 12:28 PM

Une détérioration touchant la santé d’un Palestinien incarcéré dans les geôles d’occupation

Une détérioration touchant la santé d’un Palestinien incarcéré dans les geôles d’occupation

Ramallah, le 25 septembre 2022, WAFA- Un détenu Palestinien souffre des conditions de détention et de vie tragiques aux cellules d’isolement de la prison israélienne de Megiddo, a révélé aujourd’hui la Commission des Affaires des prisonniers et ex-prisonniers.

Le détenu, Mohammed Safran (45 ans), de Ramallah en Cisjordanie occupée, qui a été transféré à l’isolement de Megiddo le 21 août 2022 après avoir isolé dans la geôle de Shatta, souffre de plusieurs problèmes de santé, y compris l’inflammation des reins, en plus de douleurs et d'enflures dans les jambes, et depuis un certain temps, il vomit du sang après chaque repas, à la lumière de l'intransigeance claire de l'administration pénitentiaire dans sa négligence médicale et son maintien à l'isolement, prolongé récemment jusqu'en février 2023.

La Commission a clarifié que le détenu Safran fait face à des conditions d’isolement pitoyables et il n’y a pas de sérieuses solutions pour la fin de son isolement en plus de sa souffrance de la détention de son argent de Cantine (cafeteria de la prison).

« La décision de saisir l'argent de sa cantine est venue sous prétexte qu'il doit à l'État occupant des sommes d'argent accumulées, en plus du fait que les autorités d'occupation refusent que sa famille mette une somme d'argent dans son compte à la cantine pour qu'il puisse vivre à l'intérieur de la prison, et cela signifie qu’elles délibèrent de l'affamer et de l'humilier, a mentionné la Commission ».

Safran, qui avait déjà passé 4 ans dans les geôles d’occupation, a été condamné en sa deuxième arrestation à huit ans et reste 3 ans de sa peine.

Il convient de mentionner qu’Israël est le seul pays au monde qui légalise les violations des droits de l’homme du prisonnier. La loi de l’administration pénitentiaire israélienne de 1971 prévoit la possibilité d’isoler le prisonnier sous des prétextes de sécurité ; la politique d’isolement est devenue un moyen légitime pour le directeur de la prison et ses officiers, sachant que cette loi a été modifiée en 2006 et les critères de détention d’un prisonnier à l’isolement et les pouvoirs de ceux autorisés à imposer la peine d’isolement à des prisonniers, ont été élargies.

La politique d’isolement est une violation flagrante des Conventions de Genève, de la loi internationale et humanitaire et de ses dispositions, enfreignant également les résolutions des Nations Unies, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Déclaration universelle des droits de l‘homme, qui stipulent que les prisonniers doivent être traités avec humanité et leur dignité doit être respectée ; l’interdiction de priver le prisonnier détenu de contacter avec le monde extérieur, surtout, sa famille ou ses avocats pendant plus de quelques jours, est  illégale.

H.A

Nouvelles connexes