Accueil Rapports et Enquêtes 22/November/2019 10:02 PM

Plus de 135 membres du Congrès signent une pétition appelant Pompeo à revenir sur sa décision concernant les colonies israéliennes

Washington, le 22 novembre 2019, WAFA- Plus de 135 membres du Congrès américain ont signé une pétition appelant le secrétaire d’État Mike Pompeo à revenir sur sa décision de considérer les colonies israéliennes en Cisjordanie comme non contraires au droit international.  

Cette annonce, consécutive à la décision de l‘administration de déplacer l‘ambassade américaine à Jérusalem en dehors d‘un accord négocié a gravement compromis les perspectives de paix et mis en danger la sécurité de l‘Amérique, d‘Israël et du peuple palestinien, écrit la lettre.

Les membres du Congrès signataires ont déclaré que cette décision, intervenue à la suite de la fermeture par les Etats-Unis de la mission palestinienne à Washington et de son consulat à Jérusalem et de l‘arrêt de l‘aide accordée par le Congrès à la Cisjordanie et à Gaza, a discrédité les Etats-Unis en tant qu‘honnête intermédiaire entre Israël et l’Autorité palestinienne.

Les membres du Congrès ont ajouté: "Nous écrivons pour exprimer notre profond désaccord avec la décision du Département d‘Etat de renverser des décennies de politique bipartite des États-Unis sur les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée en reniant l‘opinion légale du Département d‘Etat de 1978 selon laquelle les colonies dans les territoires occupés sont incohérentes, avec le droit international.

L’annexion de la Cisjordanie et son approbation par les États-Unis détruiraient les perspectives d‘une solution à deux États et conduiraient à un conflit plus enraciné et peut-être plus meurtrier, cette décision érode la sécurité d‘Israël et des États-Unis.

"Nous, les administrations des deux parties ont suivi les directives de 1978 parce que l‘expansion des colonies de peuplement en Cisjordanie occupée rend inutilisable un État palestinien contigu, mettant en péril l‘avenir d‘Israël en tant que patrie démocratique et sûre pour le peuple juif "  ajoute la lettre.

Les membres du Congrès ont ajouté que le renversement unilatéral du département d‘État sur le statut des colonies de peuplement, sans aucune justification légale claire, offrait une approbation tacite des colonies de peuplement, leur expansion et les démolitions associées de maisons palestiniennes. En outre, un jour après la décision du département, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a proposé d‘avancer un projet de loi annexant la vallée du Jourdain.

"Cette décision du département d’État méconnaît de manière flagrante l’article 49 de la quatrième Convention de Genève, qui stipule que toute puissance occupante ne doit pas" expulser ou transférer une partie de sa population civile sur le territoire qu’elle occupe ".

"En ignorant le droit international, cette administration a sapé la position morale des États-Unis et envoyé un message dangereux à ceux qui ne partagent pas nos valeurs: les droits de l‘homme et le droit international, qui régissaient l‘ordre international et protégeaient les troupes et les civils américains depuis 1949, ne sont plus applicables".

La lettre concluait: "Si les États-Unis abandonnent unilatéralement le droit international et les droits de l‘homme, nous ne pouvons que nous attendre à un XXIe siècle plus chaotique et brutal pour les Américains et nos alliés, y compris le peuple israélien".

F.N

 

 

 

 

Nouvelles connexes