Accueil Rapports et Enquêtes 17/October/2019 06:47 PM

Le petit Khaled ne fêtera pas son anniversaire

 Ecrit par Maisa’a Omar

Traduit par Fatima Nasser

Qalqilya, le 17 octobre 2019, WAFA-

Ce jeudi 17 octobre, le gâteau décoré avec deux bougies, était préparé par la mère de l‘enfant Khaled Sulaiman Ghannam de la ville de Qalqilya, pour célébrer son 12eme anniversaire.

La mère de Khaled raconte : « J‘ai préparé le gâteau et je l‘ai décoré comme il l’aimait, puis j‘ai invité toute la famille pour assister à l’anniversaire de Khaled. Le soir, il est venu me dire qu’il ira au stade municipal jouer avec ses amis, mais il n‘est pas rentré à la maison».

"Nous avons informé le bureau de liaison civile palestinien, qui a confirmé que l‘occupation avait arrêté mon enfant, ils nous ont dit qu‘il serait libéré aujourd‘hui, mais toujours rien jusqu‘à présent, il se trouve derrière les barreaux de l‘occupation et  nous ne savons pas où il se trouve,  c‘est la première fois que Khaled est absent de la maison, il n‘a jamais été arrêté, je suis très inquiète pour lui », s’est déplorée la mère de Khaled.

L‘enfant Khalid est le fils unique de ses parents, connu pour sa gentillesse et son sérieux dans son école et aimé par toute sa famille.

Le directeur du club des prisonniers Palestiniens à Qalqilya, Lafy Nasoura, a informé l’Agence de presse WAFA, que l‘occupation avait arrêté Khaled et l‘avait emmené dans le camp militaire de liaison israélien (Tsufim) au nord-est de la ville de Qalqilya, ensuite au centre de détention de Huwara pour être remis par la suite à la police israélienne et traduit devant un tribunal.

 "Ce qui se passe est une violation du droit international et humanitaire. Il aurait dû être libéré immédiatement et remis à sa famille, pour un enfant arrêté avant l‘âge de 12 ans », a dénoncé le club des prisonniers. 

« L’occupation entend retarder la libération de l’enfant Khaled, d’ouvrir un dossier d’enquête et de le juger. Il s’agit de la politique arbitraire de l’occupant à l’encontre des prisonniers, des enfants, des personnes âgées et des femmes, il ne s’agit pas seulement de leur arrestation mais il est difficile pour eux de communiquer avec leur famille » a-t-il précisé.

Le directeur du club des prisonniers a poursuivi : "Nous avons contacté tous les centres d‘investigation, et nous n‘avons pas entendu le nom de l‘enfant Khaled jusqu‘à présent, nous  attendons des nouvelles de n‘importe quelle partie pour connaître l‘évolution de l‘affaire ».

Il est important de mentionner que le nombre de prisonniers et de détenus dans les prisons de l‘occupation israélienne jusqu‘à la fin du mois de mai 2019,  était d‘environ 5700 dont 37 femmes, 230 enfants et environ 500  détenus administratifs.

F.N

Nouvelles connexes