Accueil Politique 26/October/2021 07:54 PM

Une responsable de l'ONU: la décision d'Israël de classer des institutions d’organisations « terroristes » est une attaque injustifiée contre la société civile palestinienne

Une responsable de l'ONU: la décision d'Israël de classer des institutions d’organisations « terroristes » est une attaque injustifiée contre la société civile palestinienne

GENÈVE, le 26 octobre 2021, WAFA – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet a déclaré que la décision d'Israël de désigner six organisations de la société civile palestinienne comme "organisations terroristes" est une attaque contre les défenseurs des droits humains, contre les libertés d'association, d'opinion et d'expression, et contre le droit à participation, et devrait être immédiatement révoqué.

"Les organisations concernées font partie des groupes humanitaires et de défense des droits humains les plus réputés dans le territoire palestinien occupé et travaillent en étroite collaboration avec l'ONU depuis des décennies", a fait savoir la Haut-Commissaire des Nations Unies dans un communiqué.

Les décisions de désignation en vertu de la loi antiterroriste israélienne de 2016 sont fondées sur des raisons extrêmement vagues ou infondées, y compris des activités tout à fait pacifiques et légitimes en matière de droits humains, telles que la fourniture d'une aide juridique aux Palestiniens en détention, l'organisation d'activités pour les femmes en Cisjordanie, et "promouvoir des mesures contre Israël dans l'arène internationale."

« Revendiquer des droits devant l’ONU ou un autre organisme international n'est pas un acte de terrorisme, défendre les droits des femmes dans le territoire palestinien occupé n'est pas du terrorisme, et fournir une aide juridique aux Palestiniens détenus n'est pas du terrorisme », a souligné Bachelet.

"Les organisations, qui comprennent certains des partenaires clés du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies, sont confrontées à des conséquences de grande envergure à la suite de cette décision arbitraire, tout comme les personnes qui les financent et travaillent avec elles, et le travail crucial qu'ils effectuent pour des milliers de Palestiniens risque d'être interrompu ou sévèrement restreint." a noté Bachelet.

La loi antiterroriste israélienne de 2016 prévoit des peines de prison allant de cinq à 25 ans pour le personnel et les membres des organisations désignées, prévoit la confiscation des actifs et la fermeture de l'organisation. Il criminalise également la fourniture d'un soutien, y compris une aide financière.

« En outre, ces derniers développements soulignent à quel point la loi antiterroriste israélienne est problématique, y compris sa définition trop large du terrorisme, les problèmes de procédure régulière et la manière dont elle permet de garder les preuves secrètes. ».

Les désignations contre les six organisations le 19 octobre sont les dernières d'une longue série d'actions visant à saper et à restreindre les défenseurs des droits humains et les organisations de la société civile travaillant pour les droits humains des Palestiniens, notamment en utilisant des réglementations militaires pour déclarer des groupes illégaux.

« Israël doit veiller à ce que les défenseurs des droits humains ne soient pas détenus, inculpés et condamnés en raison de leur travail légitime de protection et de promotion des droits humains. J'appelle les autorités israéliennes à révoquer leurs désignations contre les organisations palestiniennes de défense des droits humains et humanitaires comme organisations terroristes, ainsi que leurs déclarations contre ceux qu'ils jugent "illégaux"", a déclaré Bachelet.

Les organisations sont: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association; Al-Haq ; Défense des Enfants International – Palestine ; Union des comités de travail agricole; Centre Bisan pour la Recherche et le Développement  et l'Union des comités de femmes palestiniennes.

F.N

Nouvelles connexes