NOUVELLES IMPORTANTES
Accueil Les Prisonniers 28/April/2022 08:58 AM

Un détenu palestinien commence une grève de la faim contre le prolongement par Israël de son isolement

Un détenu palestinien commence une grève de la faim contre le prolongement par Israël de son isolement

Ramallah, le 28 avril 2022, WAFA- Le Club des prisonniers palestiniens a confirmé que le prisonnier Abdullah Al-Ardah de Jénine a entamé une grève de la faim ouverte en refus de prolonger l'ordre de son isolement cellulaire, qui lui a été imposé depuis septembre de l'année dernière.

Dans un communiqué de presse publié hier soir, le Club des prisonniers a mentionné que le détenu Al-Ardah est l'un des leaders du mouvement des captifs et qu'il est détenu depuis 1999 et condamné à 26 ans de prison.

Lors de sa détention dans les geôles d’occupation, Al-Ardah a perdu sa mère et s'est vu refuser ses adieux.

Le Club des prisonniers a souligné que l'administration pénitentiaire israélienne avait intensifié la politique d'isolement cellulaire, alors qu'elle continuait d'isoler les six prisonniers qui avaient réussi à s’évader de la prison de Gilboa avant d'être à nouveau arrêtés depuis septembre 2021, en plus d'un groupe de prisonniers sous prétexte de leur apporter une assistance.

La politique israélienne d’isolement :

Israël est le seul pays au monde qui légalise les violations des droits de l’homme du prisonnier. La loi de l’administration pénitentiaire israélienne de 1971 prévoit la possibilité d’isoler le prisonnier sous des prétextes de sécurité ; la politique d’isolement est devenue un moyen légitime pour le directeur de la prison et ses officiers, sachant que cette loi a été modifiée en 2006 et les critères de détention d’un prisonnier à l’isolement et les pouvoirs de ceux autorisés à imposer la peine d’isolement à des prisonniers, ont été élargies.

La politique d’isolement est une violation flagrante des Conventions de Genève, de la loi internationale et humanitaire et de ses dispositions, enfreignant également les résolutions des Nations Unies, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui stipulent que les prisonniers doivent être traités avec humanité et leur dignité doit être respectée ; l’interdiction de priver le prisonnier détenu de contacter avec le monde extérieur, surtout, sa famille ou ses avocats pendant plus de quelques jours, sont illégales.

H.A

Nouvelles connexes

Lire la suite