Accueil Politique 08/May/2020 11:45 AM

58 instituions norvégiennes appellent à la fin du blocus israélien de Gaza

Oslo, le 8 mai 2020, WAFA- 58 institutions norvégiennes ont envoyé une lettre intitulée «  la sanction collective est un crime contre l’humanité »  à leur ministre des affaires étrangères de leur pays pour demander la fin du blocus de Gaza.

Dans leur communiqué de presse publié hier, les institutions ont dit : "En réponse à la pandémie mondiale, les gouvernements du monde entier mettent en œuvre des mesures d‘urgence pour protéger la santé de leurs citoyens et stabiliser leur économie, cependant, les effets de la pandémie économique et humanitaire sur les Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem, et dans la bande de Gaza, se compliquent du fait qu‘ils vivent sous le siège de l‘occupation, et qu‘ils souffrent donc de la pandémie d‘une part et des mesures lourdes de l‘occupation qui les frappent d‘autre part".

Le Bureau de l’ONU  de coordonner des affaires humanitaires (OCHA) fait également état d‘une augmentation dans les attaques de colons israéliens et les incidents de recours disproportionné à la violence par les soldats Israéliens . Cela se produit en même temps que le gouvernement israélien prévoit d‘annexer de vastes zones de la Cisjordanie. Ce sont des mesures politiques sérieuses, violant et accroître la vulnérabilité des Palestiniens.

Les zones surpeuplées et les camps de réfugiés en Cisjordanie et à Gaza sont particulièrement vulnérables à la pandémie. Pour les deux millions de personnes vivant à Gaza, la situation est catastrophique.

Les institutions ont révélé que 13 des années de siège et d‘opérations militaires en 2009, 2012 et 2014 ont rendu Gaza inhabitable. Dans une zone de la taille de la municipalité norvégienne de Hamar, les Palestiniens vivent avec une mauvaise santé publique d‘extrême pauvreté, le taux de chômage est élevé, les infrastructures dysfonctionnelles, des aides de dépendance et des conditions terribles pour les entanrs et les jeunes de grandir.

Dans ces circonstances critiques, il est impossible pour le secteur palestinien de la santé de gérer la pandémie. Les soins de santé à Gaza sont au bord de l‘effondrement avant même qu‘ils ne reçoivent les premiers patients de Covid-19 et lutte depuis de nombreuses années pour répondre aux population en raison du manque sévère de médicaments, d’équipement et de formation en raison des restrictions fixées par le siège israélien qui entrave sérieusement l‘importation de marchandises, le commerce et l‘activité économique ainsi que l’accès stable à l‘électricité et au carburant.

Les institutions norvégiennes ont considéré que le siège, qui limite la liberté de mouvement par terre, par mer et par air, constitue une violation des droits de l’homme et, comme l’ONU l’a déclaré à plusieurs reprises, une violation manifeste des engagements envers le droit international. Nous voulons souligner l’importance de veiller à ce que le la communauté internationale puisse avoir accès aux informations nécessaires sur ce qui se passe en Palestine et les conséquences du siège.

Elles ont poursuivi : « Notre propre gouvernement a parlé de la centralité des droits de l‘homme, de la démocratie et de la l‘État de droit dans la politique étrangère norvégienne. De là découle un devoir d‘agir. La Norvège a en tant que président du Comité spécial de liaison (AHLC) pour la Palestine depuis 1993, nous pensons que la fin du siège est attendue depuis longtemps.

Les instituions norvégiennes ont exhorté le ministre des Affaires étrangères à prendre une initiative aux Nations Unies et dans d’autres organismes internationaux afin de mettre fin à la punition collective des Palestiniens, une action qui, selon les Conventions de Genève de 1949, est considéré comme un crime de guerre.

H.A/F.N

Nouvelles connexes