Accueil Rapports et Enquêtes 01/October/2020 11:22 AM

35 ans après le massacre israélien de Hammam Al-Chott

35 ans après le massacre israélien de Hammam Al-Chott

Ramallah, le 1èr octobre 2020, WAFA- Aujourd’hui jeudi marque la 35eme commémoration du massacre commis par l’aviation israélienne contre les sièges de l’Organisation de Libération de la Palestine à Hammam Al-Chott au sud de la capitale tunisienne.

Le matin du 1er octobre 1985, des avions de combat israéliens ont bombardé la banlieue de Hammam Al-Chott au sud de Tunis. La frappe a fait 68 morts et 100 blessés Palestiniens et Tunisiens et des dégâts matériels estimés à huit millions de dollars.

Il y avait plusieurs bureaux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP): le bureau du président Yasser Arafat, sa propre maison, le bureau de la Force 17 de la Garde présidentielle, l'administration militaire qui gardait les archives des combattants de la révolution palestinienne, l'administration financière et certaines maisons du personnel d'Abou Ammar et les employés des institutions de l'OLP. Tous ces bureaux ont été démolis en moins de 10 minutes.

Les services du renseignement israéliens ont appris que les dirigeants palestiniens étaient sur le point d'accueillir une grande et importante réunion au bureau de la sécurité de Hammam Al-Chott à 9h30 le mardi 1er octobre 1985. Par conséquent, l'occupation a préparé ses forces à attaquer la réunion et à détruire ce qu'elle n'a pas pu briser pendant l'occupation et le siège de Beyrouth pendant 88 jours de l'été 1982.

Le président de l’OLP, Yasser Arafat a invité ses dirigeants  en Algérie, en Tunisie et au Yémen à se joindre à la réunion.

Le jour de la réunion, dans la matinée, Yasser Arafat marchait le long de la plage, et à 9 heures, le responsable de son bureau militaire lui a dit de reporter la réunion car un certain nombre d'officiers supérieurs ne pouvaient pas arriver en Tunisie à cause des réservations de vols. Par conséquent, la réunion a été reportée au soir.

Bien que les services du renseignement israéliens sachent que la réunion a été reportée, les avions israéliens se sont approchés des plages tunisiennes et à dix heures du matin ont lancé une pluie de missiles sur le siège de l'état-major palestinien dans la zone de Hammam Al-Chott, et les forces israéliennes ont bombardé le siège et le bureau de Yasser Arafat.

Abu Ammar est apparu immédiatement après la frappe aérienne et au-dessus de la destruction, annonçant au monde à travers  les agences de presse, la radio et la télévision qu'il était bien vivant le moment où les officiers du renseignement d'occupation et les chefs des services de sécurité se réjouissaient de son assassinat et du meurtre d'un grand nombre de dirigeants de l'Organisation de libération de la Palestine.

Dans son témoignage sur cette période, Taher al-Sheikh, le chef du bureau de l'Agence palestinienne d'informations, WAFA, en Tunisie, a déclaré que les officiers de l'armée de l'air israélienne, dirigés par Amos Lapidot et accompagnés d'agents du Mossad dirigés par Nahum Admoni, se préparaient à ouvrir des bouteilles de champagne à Tel-Aviv et à boire des toasts pour célébrer leur victoire dans le massacre, jusqu'à ce qu'ils soient déçus par l'apparition soudaine d'Arafat sur les chaînes de télévision, debout sur les décombres  de sa maison détruite et menaçant Israël d'une dure contre-attaque.

Pendant le massacre de Hammam Al-Chott que l'occupation a appelé l'opération Jambe de bois, les bombardements israéliens ont déchiquetés les corps des Palestiniens et des tunisiens.  

H.A/F.N 

Nouvelles connexes