Accueil Présidence 17/octobre/2020 09:26

Où sont les frontières de l'État d'Israël? Pourquoi refusent-ils de les délimiter?

Où sont les frontières de l'État d'Israël? Pourquoi refusent-ils de les délimiter?

 

Par Majdi Khaldi : Conseiller diplomatique du président palestinien

Ramallah, le 17 octobre 2020, WAFA- Lorsque vous interrogez un fonctionnaire ou un diplomate du gouvernement israélien sur les frontières et la carte de l'État d'Israël, vous n'obtiendrez sûrement pas une réponse claire. Les gouvernements israéliens successifs, soutenus par le mouvement sioniste dans le monde entier, ont l'ambition de prendre le contrôle de la majeure partie du territoire palestinien occupé, dépassant de loin les lignes d'armistice de 1949.

Israël mène cette entreprise en confisquant stratégiquement des zones classées C représentant 60% de la Cisjordanie, en plus de son contrôle complet sur la ville de Jérusalem-Est, qui est occupée depuis 1967, en gardant la bande de Gaza séparée des Villes et villages palestiniens de Cisjordanie.

L'annonce par le gouvernement israélien, le jour de la ratification par la Knesset israélienne des accords de normalisation avec les pays arabes, du plan de construction de cinq mille nouvelles unités d'implantation, et les déclarations de son Premier ministre et de ses membres du cabinet selon lesquelles la terre- car la formule de paix est tombée, et qu'un État palestinien indépendant ne sera pas établi aux côtés de l'État d'Israël, et que Jérusalem unifiée, avec toutes ses valeurs sacrées, restera pleinement unie sous la souveraineté israélienne, est la meilleure preuve de la détermination de l'État d'occupation à aller de l'avant avec ses plans coloniaux , car il ne craint plus personne et agit en tant qu'autorité au-dessus du droit international, car il n'a tout simplement pas peur des conséquences, mais obtient plutôt des récompenses en lui «ouvrant les portes» dans certains pays du monde, et certains pays arabes y répondent en établissant des relations de normalisation sous des prétextes, qui ne sont pas convaincants.

La poursuite par Israël des plans de colonisation et d'annexion sapera inévitablement la solution à deux États selon les frontières de 1967 et conduira à la réalité d'un État sous un régime d'apartheid, qui n'apportera pas la sécurité, la paix et la stabilité au Moyen-Orient et au monde.

Le prétexte d'Israël, qui dispose d'un arsenal nucléaire, d'avions F-35 et d'autres types d'armes modernes, ne se retirera pas des zones palestiniennes de la vallée du Jourdain et de la mer Morte, qui représente environ un quart de la superficie de la Cisjordanie. Sous de faux prétexte de la sécurité, il vise à maintenir son occupation et à poursuivre son programme d'implantation et ses plans d'annexion qu'il n'a pas abandonnés.

Si Israël n'est pas arrêté et obligé de conclure un accord de paix avec l'État de Palestine sur la base des frontières de 1967 conformément à la solution à deux États et aux décisions de légitimité internationale, alors ses ambitions expansionnistes aux dépens des droits des Palestinien et la terre palestinienne occupée ne s'arrêteront pas, mais s'étendront au point d'étendre son influence et son contrôle aux États voisins dans le cadre de son rêve du «Grand Israël».

 Mais la plus grande question demeure: que peut-on faire pour obliger Israël à respecter la légitimité internationale et le droit international pour résoudre le conflit israélo-palestinien, à un moment où le président palestinien Mahmoud Abbas montre la volonté des Palestiniens de négocier sérieusement sur la base de la légitimité, et a invité le Secrétaire général de l’ONU à organiser une conférence internationale de paix au début de l’année prochaine? La réponse à ce qui peut être fait se compose de plusieurs points:

Tous les États doivent affirmer que la solution à deux États est basée sur les frontières de 1967 conformément à la légitimité internationale et au droit international, et qu'Israël doit se retirer de toutes les terres palestiniennes occupées, y compris Jérusalem-Est et ne pas accepter les colonies et les plans d'annexion, et affirmer que c'est la seule manière de résoudre le conflit israélo-palestinien.

Deuxièmement, les pays du monde doivent s'abstenir de conclure tout accord impliquant une partie quelconque du territoire palestinien occupé depuis 1967 et une clause spéciale confirmant cela doit être ajoutée dans tout accord.

Lier le développement des relations avec Israël dans la mesure de son attachement au droit international, et le fait de le violer aura des conséquences ou une réduction du niveau des relations.

Dans un souci de justice et de préservation de la solution à deux États, les États qui reconnaissent Israël et n’ont pas encore reconnu l’État de Palestine devraient reconnaître l’État palestinien sur la base des frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale, afin de préserver ce qui reste d'une légère chance d'atteindre la paix juste et globale existante basée sur la légitimité internationale et le droit international, d'une manière qui garantisse la sécurité, la stabilité et la paix pour les peuples palestinien et israélien , la région et le monde entier.

Enfin, pour effacer la stigmatisation des déclarations Sykes-Picot et Balfour et mettre fin à l'émigration juive en Palestine et à l'expulsion des Palestiniens de leur patrie, les pays qui ont été directement ou indirectement responsable de cette stigmatisation doivent volontairement aider le peuple palestinien à obtenir son droit à l'autodétermination. Ces pays doivent également reconnaître l’État de Palestine aux frontières d’avant juin 1967 et trouver une solution juste au problème des réfugiés palestiniens qui existe depuis plus de 72 ans, conformément à la légitimité internationale.

La cause palestinienne est une cause juste, et pour cette raison, elle a gagné le soutien international depuis sa création. Plusieurs résolutions de l'ONU ont été émises en sa faveur en attente de mise en œuvre. Nous devons nous appuyer sur les voix courageuses qui ont défendu la justice, la liberté et la paix et dénoncé les pratiques israéliennes, y compris le plan d’annexion israélien. Ces voix ont appelé sans équivoque Israël à respecter la légitimité internationale en tant que fondement du règlement du conflit israélo-palestinien.

Les voix incluent celle de l'UE appelant à la solution à deux États et étiquetant les produits des colonies israéliennes. Il y a aussi la voix du courageux gouvernement indonésien qui a fondé ses relations avec l’Australie de ne pas déplacer son ambassade à Jérusalem occupée.

 En outre, nous avons la déclaration du Roi Abdallah II de Jordanie appelant à l’établissement de relations avec Israël sur la base du niveau d’engagement d’Israël à la réalisation de la paix. De plus, il y a l'article du Premier ministre britannique Boris Johnson dans lequel il appelle Israël à s'abstenir du processus d'annexion car il contredit la légitimité internationale.

 En outre, il y a la décision du roi saoudien, Salmane, de nommer le sommet de Dhahran le «sommet de Jérusalem», et le président algérien Abdel Majid Taboun a fermement rejeté toutes les formes de normalisation avec Israël et a réaffirmé son soutien au peuple Palestinien.

Enfin, l'UE, la Ligue arabe, l'Organisation de la coopération islamique, l'Union africaine, le Mouvement des pays non alignés, la Chine, la Russie, le Japon, l'Inde, l'Égypte, l'Afrique du Sud et d'autres grands pays ont soutenu et appelé à la mise en œuvre  des résolutions de l'ONU, visant à accélérer la réalisation de la paix et à accorder au peuple palestinien son droit à la liberté, à l'indépendance et à l'autodétermination.

Dans le même contexte, nous tenons à mettre en garde les pays, les personnalités éminentes, les étudiants et les hommes d'affaires qui sont invités à participer à des conférences ou à ouvrir des bureaux dans la ville de Jérusalem, de ne pas devenir partenaires des forces d'occupation israéliennes dans leurs plans d'annexion et pratiques illégales. Dans ce contexte, il est possible de s'appuyer sur de nombreux modèles positifs qui défendent fermement la justice, la vérité et la liberté.

Actuellement, le monde entier est unifié dans sa lutte contre le réchauffement climatique. Des décisions et avertissements internationaux ont été émis pour limiter les émissions de chaleur et mobiliser les efforts pour mesurer les performances internationales afin de préserver notre planète. Le même type de mesure peut être effectué en ce qui concerne l’application du droit international et la cause juste palestinienne qui a été victime d’une injustice historique, de la distorsion et de la falsification du récit factuel.

En conséquence, si des mesures sérieuses ne sont pas prises et que les énergies ne sont pas mobilisées pour empêcher l’occupation de poursuivre son incursion sur le peuple palestinien et sa violation du droit international, nous pourrions aboutir à une catastrophe dont les résultats peuvent être dévastateurs.

 Par conséquent, nous devons rattraper le temps perdu. À moins que nous ne prenions des mesures collectives pour arrêter Israël, exiger la fin de son occupation et tracer ses frontières avec l’État de Palestine, il y aura des conséquences désastreuses sur la scène internationale et pas seulement sur le Moyen-Orient.

 Il y a 13 millions de Palestiniens dans le monde dont 5 millions souffrent sous le feu des forces militaires israéliennes, tandis que les autres sont des réfugiés ou vivent dans la diaspora, rêvant de l'époque où leurs vols les atterriraient à l'aéroport de leur pays et leurs cœurs battent d'espoir de paix et de liberté comme toutes les autres nations du monde.

F.N

 

Nouvelles connexes

Lire la suite