Accueil Rapports et Enquêtes 08/November/2020 02:03 PM

20 ans depuis le martyre de l’enfant Faris Odeh

20 ans depuis le martyre de l’enfant Faris Odeh

Ramallah, le 8 novembre 2020, WAFA- Aujourd’hui dimanche marque la 20ème commémoration de l’enfant palestinien Faris Odeh (15 ans), qui était considéré comme l'une des icônes et des héros de la Seconde Intifada (l’Intifada d’Al-Aqsa 2000-2005).

Une unique photo appartient à l'enfant martyr Faris Odeh (1985-2000), prise quelques jours avant sa mort, pour être mis sur l'assurance de santé de sa mère.

 Un photojournaliste a pris la photo qui est devenue un symbole historique et national de la deuxième intifada, un enfant qui se tenait debout devant les chars israéliens,  (Merkava) ainsi que devant d'énormes bulldozers, a lancé une pierre en leur direction.

Faris, qui a changé de chemin pour se rendre de l'école depuis le début du mois d'octobre 2000, vers la colonie de Netzarim et le point de passage d'Al-Muntar et d'autres sites de confrontation acharnée dans la bande de Gaza. Il avait l'intention de se cacher qu’il participait dans ces affrontements.

Anaam Odeh, mère de Faris a dit à WAFA, à la 20ème commémoration de sa mort : « Faris aimait la danse populaire de Palestine ‘Dabka’ et quand il retournait de l’école, il ouvrait la télévision sur les chansons populaires et dansait le Dabka.

Elle a poursuivi : « je l'ai fait sortir 50 fois des lieux d'affrontements, et parfois il reste en confrontation jusqu'à dix heures du soir, sous des climats pluvieux et froids.

Odeh a déclaré : « Fares adorait fêter son anniversaire, qui coïncide le 3 décembre, mais il est parti quelques semaines avant cela, avant même d'avoir atteint sa quinzième année. »

Elle a indiqué que son cousin, Shadi, avait été martyrisé quelques jours avant lui lors des affrontements.

« Le matin à neuf heures et demi, le 8 novembre, j’avais reçu un appel téléphonique du directeur de l’école pour m’informer que Faris n’a pas été rendu à l’école et à cette heure, Faris a été blessé par une balle qui a pénétré son cou et a été laissé saigner pendant une heure et ses derniers étaient : « mère, ou est ma mère ? » a dit la mère.

En 2014, la maison familiale de Faris a été sujet du bombardement israélien, notant que le frère de Faris a été blessé par balles israéliennes après trois mois de son martyre.

H.A

 

Nouvelles connexes