Accueil international 09/July/2022 11:46 PM

L'Église presbytérienne déclare que le traitement des Palestiniens par Israël constitue un apartheid

L'Église presbytérienne déclare que le traitement des Palestiniens par Israël constitue un apartheid

Washington, le 9 juillet 2022, WAFA-  L'Église presbytérienne a déclaré hier,  vendredi de manière décisive que le traitement réservé par Israël au peuple palestinien constitue un apartheid.

Les commissaires de la 225e Assemblée générale de l'Église presbytérienne ont voté de manière décisive en faveur de la résolution, appelée ouverture en langage confessionnel, INT-02 "Sur la reconnaissance que les lois, politiques et pratiques d'Israël constituent l'apartheid contre le peuple palestinien", avec 266 votes affirmatifs (70 %) et 116 votes négatifs (30 %).

En vertu de la résolution, le consistoire « reconnaît que les lois, politiques et pratiques du gouvernement israélien concernant le peuple palestinien répondent à la définition juridique internationale de l'apartheid ».

« L'apartheid est légalement défini comme des actes inhumains commis dans le but d'établir et de maintenir la domination d'un groupe racial de personnes sur tout autre groupe racial de personnes et de les opprimer systématiquement. Cela se produit en Israël/Palestine à travers : l'établissement de deux ensembles de lois, l'une pour les Israéliens et l'autre pour les Palestiniens, qui accordent un traitement préférentiel aux Juifs israéliens et un traitement oppressif aux Palestiniens ; l'expropriation des terres et de l'eau palestiniennes pour les colonies réservées aux juifs ; refuser le droit à la liberté de résidence aux Palestiniens ; divisant la population selon des critères raciaux en créant des réserves et des ghettos séparés pour les Palestiniens et en refusant aux Palestiniens le droit à une nationalité », lit-on dans le texte de la résolution.

La résolution exhorte les membres, les congrégations, les consistoires et les unités du personnel national, y compris le Bureau des relations interreligieuses, à rechercher des moyens appropriés pour mettre fin à l'apartheid israélien.

Quant à l'objectif de la résolution, il est poursuivi dans l'espoir qu'il conduira à une réconciliation pacifique pour les peuples d'Israël et de Palestine similaire à celle qui s'est produite en Afrique du Sud lorsque l'apartheid a été internationalement reconnu.

Les chrétiens se sont prononcés dans les années 1950 contre la ségrégation aux États-Unis et plus tard contre l'apartheid en Afrique du Sud. Ils doivent à nouveau élever la voix et condamner la discrimination d'Israël à l'égard des Palestiniens et donner un nom au crime contre l'humanité que représente cette discrimination, le crime d'apartheid.

L'Église presbytérienne américaine a déclaré qu'elle n'était pas la première à désigner les pratiques d'Israël comme constituant l'apartheid, rappelant que parmi ceux qui les ont désignées comme telles figuraient le lauréat du prix Nobel de la paix, l'archevêque Desmond Tutu, la Coalition nationale chrétienne des organisations chrétiennes en Palestine (NCCOP) en en plus des dirigeants juifs et israéliens.

Il convient de mentionner que l'église revendique plus de 1,7 million de membres.

H.A

Nouvelles connexes