Accueil Rapports et Enquêtes 03/May/2019 04:59 PM

Des responsables de l‘ONU appellent à l‘arrêt immédiat des démolitions à Jérusalem-Est

Jérusalem, le 3 mai 2019, WAFA-  Le coordinateur humanitaire des Nations Unies, Jamie McGoldrick, a appelé à un arrêt immédiat de la démolition des propriétés appartenant aux Palestiniens  par les autorités israéliennes à Jérusalem-Est.

Dans un communiqué de presse publie vendredi par le bureau des nations-unies pour la coordination des affaires humanitaire (OCHA), M. McGoldrick a mentionné que  les démolitions à Jérusalem-Est ont augmenté à un rythme effarant au cours du dernier mois, laissant des dizaines de Palestiniens déplacés et d‘autres qui ont perdu leurs moyens de subsistance du jour au lendemain", ‘Cela doit cesser’.

Au 30 avril 2019, 111 bâtiments des Palestiniens avaient été détruits à Jérusalem-Est en 2019, soit directement par les autorités israéliennes, soit auto-démolis par leurs propriétaires pour éviter de lourdes amendes, à la suite de la passation d‘ordres de démolition faute de permis de construire. Parmi eux, 57% (63 sur 111) ont été démolis en avril, ce qui porte à 214 le nombre total de démolitions en Cisjordanie.

Rien que le 29 avril, les autorités israéliennes ont démoli 31 bâtiments  situées dans plusieurs quartiers de Jérusalem-Est; C’est le plus grand nombre de structures démolies en un jour à Jérusalem-Est depuis le début du suivi systématique par OCHA en 2009. Dans l’ensemble, un grande nombre de  Palestiniens ont été déplacés à Jérusalem-Est au cours des quatre premiers mois de 2019 que durant l’ensemble de 2018, 193 par rapport à 176.

Le 30 avril, les forces israéliennes de l’occupation ont démoli quatre immeubles dans la région de Wadi Yasul à Silwan, et expulsé de force 11 réfugiés palestiniens, y compris sept enfants, et une autre famille de réfugiés a perdu des biens personnels.

Au surplus, cinq Palestiniens ont été grièvement blessées par les forces israéliennes, qui ont utilisé des coups, des grenades assourdissantes et des balles recouvertes d‘une éponge pendant que les résidents tentaient de récupérer leurs biens avant les démolitions.

Un homme, dont sa maison a été détruite, a été blessé au dos par une balle recouverte d‘une éponge, puis arrêté. Il a été sévèrement battu par les forces d’occupation  israéliennes lors de son arrestation et de son transfert vers le centre de détention israélien. Il reste en détention.

Ces démolitions ont été précédées de celles de deux autres structures à Wadi Yasul le 17 avril. Presque toutes les structures de Wadi Yasul font face à un risque accru de démolition après l‘épuisement presque complet des efforts de protection des habitations dans la région; En conséquence, plus de 550 personnes sont menacées de déplacement, dont environ un quart sont des réfugiés de Palestine enregistrés.

De son côté, le directeur des opérations en Cisjordanie à l‘UNRWA, Gwyn Lewis a déclaré que  certains des réfugiés âgés de Wadi Yasul qui avaient été déplacés à la suite du conflit de 1948 risquent maintenant de perdre leur maison pour la deuxième fois de leur vie. Pour eux et pour les jeunes générations, ce cycle de pertes se perpétue.

Elle a ajouté : ‘Comme nous l’avons vu parmi les nombreux cas traités par l’UNRWA dans le passé, les déplacements, en particulier des plus vulnérables, comme les personnes âgées et les enfants, sont extrêmement traumatisants, détruisent les moyens de subsistance et séparent les familles de leurs communautés’.

Pour sa part, James Heenan, chef du HCDH dans le territoire palestinien occupé, a dit : ‘ En tant que puissance occupante de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, Israël est tenu d‘assurer le bien-être et l’aide sociale  de la population palestinienne locale’. Un régime de planification et de zonage israélien discriminatoire ne peut être invoqué par Israël pour justifier toute violation du droit international.

H.A

Nouvelles connexes

Lire la suite