Accueil Les Prisonniers 22/July/2021 09:33 PM

Après une détérioration grave de sa santé, un prisonnier oblige de suspendre sa grève de la faim

Après une détérioration grave de sa santé, un prisonnier oblige de suspendre sa grève de la faim
Le prisonnier Mu’ayad Al-Khatib (21 ans)

Ramallah, le 22 juillet 2021, WAFA- La Commission des affaires des prisonnier et ex-prisonniers a rapporté aujourd’hui que le prisonnier Mu’ayad Al-Khatib a suspendu sa grève ouverte de la faim contre sa détention administrative suite à une dégradation grave sur sa santé.

Dans son communiqué, la commission a mentionné que le prisonnier Al-Khatib avait suspendu sa grève, qu'il avait commencée la semaine dernière, en raison de graves saignements d'estomac, de vomissements de sang et d'une perte considérable de son poids, ce qui a nécessité son transfert à la clinique de la prison israélienne de Raymond, pour être soumis à un suivi et à une surveillance sanitaire.

Il convient de mentionner que le prisonnier Mu’ayad est le frère du prisonnier martyr Daoud Al-Khatib (45 ans) qui est décédé après avoir subi une crise cardiaque dans le centre de détention israélien d'Ofer, à l'ouest de Ramallah, le 2 septembre 2020, quelques mois seulement avant la fin de sa peine de 18 ans. Il devait être libéré le 4 décembre 2020.

لا يتوفر وصف.

En novembre 2020, Mu’ayad, du gouvernorat de Bethléem au sud de la Cisjordanie occupée,  a été infecté également par le virus de corona dans les geôles israéliennes.

La Commission a tenu le service pénitentiaire de l’occupation pour responsable de la vie du prisonnier d’Al-Khatib et de dix autres prisonniers qui entament des grèves ouvertes de la faim contre leur détention administrative, appelant les institutions des droits de l’homme et humanitaires d’intervenir immédiatement pour mettre fin à leurs souffrance et l’exclusivité des autorités d’occupation contre eux.

Dans un développement ultérieur, cinq prisonniers palestiniens ont entamé une grève  ouverte de la faim, en soutien à huit détenus qui poursuivent leur grève de la faim ouverte en protestation contre la politique de détention administrative, selon le Club du prisonnier palestinien.

Le recours à la grève de la faim par les détenus palestiniens :

Au fil des ans, Israël a placé des milliers de Palestiniens en détention administrative pendant des périodes prolongées, sans les juger, sans les informer des charges retenues contre eux, et sans leur permettre ni leur avocat d'examiner les preuves.

Les détenus palestiniens ont continuellement eu recours à des grèves de la faim illimitées pour protester contre leur détention administrative illégale et exiger la fin de cette politique qui viole le droit international.

« L'utilisation par Israël de la détention administrative viole de manière flagrante les restrictions du droit international. Israël la pratique d'une manière hautement confidentielle qui refuse aux détenus la possibilité de monter une défense appropriée », a déclaré le groupe israélien de défense des droits humains B'Tselem.

Le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer affirme que le Service pénitentiaire israélien maintient une politique systématique de négligence médicale envers les détenus palestiniens.

H.A

Nouvelles connexes